mardi , 23 juillet 2019
Accueil / Etoiles / 3 étoiles / 7 années de bonheur

7 années de bonheur

Auteur: Etgar Keret

Editeur: Points – 2015 (185 pages)

Lu en septembre 2016

7 années de bonheurMon avis: Les 7 années de bonheur d’Etgar Keret, ce sont celles qu’il vit à Tel-Aviv, entre la naissance de son fils et la mort de son père.
« Bonheur » ? Vraiment, on peut être heureux en Israël alors qu’on risque une roquette ou un attentat à chaque moment et à chaque coin de rue, sans compter la menace nucléaire iranienne ? Alors qu’on est le fils d’un couple de survivants de l’Holocauste en Pologne et qu’on porte le poids de cet héritage sur les épaules ?
Eh bien oui, M’sieurs-Dames, quoi que vous en pensiez, le titre de ce livre est moins ironique qu’il n’en a l’air. L’auteur nous parle évidemment de la paranoïa sécuritaire, de l’incertitude au quotidien (alerte aérienne : bombe ou pas bombe?), de l’anti-sémitisme, du cancer de son père et des souvenirs de sa mère dans le ghetto de Varsovie. Mais aussi de son apprentissage de la paternité, de ses voyages en avion d’un salon du livre à l’autre à travers le monde ou en taxi à travers Tel-Aviv, de ses amis et de sa famille. le tout nous est livré par petites tranches (des miettes, même, pour les plus courtes) de vie, à haute teneur en humour et auto-dérision, nuancé d’extravagance, de gravité et de tendresse. A la fois hilarante et émouvante, cette succession très rapide de courts épisodes donne cependant une impression de discontinuité et de « courant d’air », un peu comme quand une porte se referme sur votre nez alors que vous avez à peine eu le temps de regarder à l’intérieur de la pièce et qu’il faut aussitôt passer à la suivante.
Mais après tout, ces 7 années de bonheur, ce n’est déjà pas si mal…

Présentation par l’éditeur:

Si une roquette peut nous tomber dessus à tout moment, à quoi bon faire la vaisselle ? Et les oiseaux du jeu Angry Birds, lancés à pleine vitesse sur de frêles maisons, ne ressemblent-ils pas à de furieux terroristes ? Avec une ironie hors du commun, Etgar Keret relate sept années de sa vie à Tel-Aviv : la naissance de son fils, l’histoire de sa soeur ultra-orthodoxe et de ses onze enfants…

Une citation:

– “Naturel! interrompt-il avec un petit ricanement. Qu’est-ce qu’il peut bien y avoir de naturel à ce qu’un nabot avec un tuyau qui lui sort du nombril émerge du vagin de votre femme?”
Evidemment, je n’essaie même pas de répondre.
Il continue: “Moi, j’ai dit à ma femme, “Si tu dois accoucher un jour, ce sera par césarienne, point barre, comme en Amérique. Pas question qu’un chiard te distende et te laisse toute déformée pour moi.” De nos jours c’est seulement dans les pays primitifs comme le nôtre [Israël] que les femmes accouchent comme les bêtes”.

Evaluation :

Voir aussi

Retour à Managua

Auteur: Sergio Ramírez Editeur: Métailié – 16 mai 2019 (336 pages) Lu en juin 2019 …

2 commentaires

  1. Avatar

    Un autre témoignage de la vie en Israël, mais rien de ce qu’on a déjà lu, il me semble… Ou peut-être l’humour en plus.

%d blogueurs aiment cette page :