samedi , 15 décembre 2018
Accueil / Etoiles / 3 étoiles / Anaconda

Anaconda

Auteur: Horacio Quiroga

Editeur: Métailié – 2018 (208 pages)

Lu en août 2018

Mon avis: Horacio Quiroga (1878-1937) était un homme tourmenté, dont la vie fut hantée par la mort pratiquement dès sa naissance, puisqu’il n’avait que trois mois au décès de son père (suicide ou accident?). Quiroga lui-même, atteint d’un cancer, se suicidera à 59 ans, en avalant du cyanure. Il était par ailleurs fasciné par la Nature et la forêt tropicale en particulier, dans toute sa splendeur violente. Ces deux ingrédients, tourments de l’âme humaine et puissance des éléments, se trouvent, séparément ou cruellement mêlés, au cœur des 19 nouvelles qui composent ce recueil.

La première, “Anaconda”, est la plus longue, et on y assiste à une vaine conjuration de la gent serpentine de la forêt contre un envahisseur humain. La dernière, “Miss Dorothy Phillips, ma femme”, est également assez longue et se déroule dans le monde du cinéma. Le narrateur, “pauvre diable qui, chaque soir, sort du cinématographe amoureux d’une étoile“, se rend à New York et à Los Angeles pour réaliser son rêve d’amour avec la star Dorothy Phillips. Cette nouvelle, avec son personnage un peu ridicule, pris dans un délire doux-amer et évoluant dans un univers mièvre et artificiel, est assez différente des autres, bien plus ravageuses.

Si la plupart des nouvelles se situent en Argentine, on voyage également dans le bassin du Niger, au Sahara, aux Philippines. On s’y embarque dans des projets fous, absurdes, presque désespérés, on y frôle parfois le fantastique, souvent la folie et la mort, toujours l’angoisse. Parfois c’est la Nature hostile et grandiose qui met à mal les caractères les plus solides : chaleur, froid, pluies, tempêtes, animaux et maladies font vaciller les corps et les esprits. Parfois c’est seulement l’Humain qui est à l’affiche et nous présente des personnages pris dans des huis-clos hypnotiques et oppressants, tout aussi aberrants que périlleux.

Avec un style rugueux sans fioriture, Quiroga nous raconte la fragilité et la cruauté de l’existence sur le fil de la folie. En maître du désarroi, il instille froidement le malaise et nous laisse nous tourmenter avec des questions sans réponse.

En partenariat avec les Editions Métailié.

Présentation par l’éditeur:

Chaque nouvelle de Anaconda est un labyrinthe hallucinant dans lequel l’homme se débat contre la mort et où le lecteur est aux prises avec l’effroi, la surprise et l’humour. Dans la lignée de ceux de Poe et de Maupassant, ces contes nous entraînent dans un univers obsédant où le danger de la forêt tropicale, peuplée de reptiles et d’animaux étranges, domaine des fièvres et de la chaleur asphyxiante, s’unit aux menaces de la folie des ombres et des cauchemars.

Evaluation :

Voir aussi

Les roses d’Atacama

Auteur: Luis Sepúlveda Editeur: Métailié – 2003 (159 pages) Lu en septembre 2018 Mon avis: La …

2 commentaires

  1. J’ai lu Contes d’amour de folie et de mort de cet auteur. C’est également un recueil de nouvelles, dans lequel on retrouve toutes les thématiques que tu évoques. J’ai hésité, récemment, à craquer pour celui-là en librairie… je me laisserai peut-être tenter, la prochaine fois !

%d blogueurs aiment cette page :