vendredi , 10 juillet 2020

Chez les heureux du monde

Auteur: Edith Wharton

Éditeur: Le Livre de Poche – 2010 (448 pages)

Lu en juin 2020

Mon avis:Chez les heureux du monde“, ou une illustration parfaitement cynique de ce que l’argent fait le bonheur.

Au début du siècle dernier, Lily Bart est une jeune femme de 29 ans, issue d’une famille de la bonne société new-yorkaise. Désormais orpheline et ruinée, elle vit aux crochets d’une vieille tante pingre et peu sympathique. C’est là toute la tragédie de la vie de Miss Bart : élevée dans l’idée que le but de l’existence est de ne rien faire, qu’il “était de la plus haute importance de garder les apparences de la prospérité“, et que sa beauté sublime lui permettra de compenser la maigreur de sa dot pour faire un riche mariage et ainsi satisfaire son besoin d’argent et de luxe, elle n’a de cesse de fréquenter la haute société oisive et hypocrite à la recherche du parti idéal. De New York à Monte-Carlo en passant par les stations chic de la côte est des USA, on apprécie sa compagnie, et la jeune femme est très demandée. Ce qui ne va pas sans entamer dangereusement son petit budget, dilapidé en riches toilettes, bijoux et dettes de jeu. Vivant constamment au-dessus de ses moyens, la situation de Lily s’aggrave encore lorsque la rumeur – que la “bonne” société susnommée accueille avec gourmandise – lui prête des faits et gestes scandaleux. De plus en plus isolée, maladroite dans ses tentatives pour redresser la situation, elle s’enfonce dans la précarité jusqu’à se voir contrainte à travailler, à sa plus grande honte et à son encore plus grande incompétence : “Puisqu’elle avait été élevée pour être purement décorative elle pouvait à peine se blâmer de n’avoir pu servir à aucune fin pratique ; mais cette découverte ruina l’illusion consolante qu’elle avait de sa capacité universelle“. Une déchéance évidemment mal vue, qui la bannit à jamais de son milieu d’origine. Et la pauvre Lily de se victimiser : “Était-ce sa faute s’il peut arriver que cette mission [d’ornement délicieux] soit traversée par des nécessités matérielles ou compliquée par des scrupules moraux ?

Lily Bart ne brille pas par sa lucidité, ni par le niveau d’empathie qu’elle a suscité chez moi, proche de zéro. Rodée aux codes et manigances de la société qu’elle fréquente depuis si longtemps, elle est intimement convaincue de la supériorité que lui confère sa beauté, et de l’attraction qu’elle exerce sur les hommes. Snobant ses semblables en son for intérieur, calculatrice et pourtant parfois tellement irréfléchie, elle a déjà laissé passer de beaux partis. A mesure que sa situation devient “urgente”, elle a cependant le chic pour s’auto-saboter chaque fois davantage, incapable de résister aux impulsions plus ou moins justifiées moralement, qui la détournent du but de sa vie. Et dire que l’amour se trouvait sous ses yeux depuis le début, qu’elle en était vaguement consciente mais que décidément l’argent brillait d’un éclat beaucoup plus puissant aux yeux de Lily…

Une tragédie, donc, mais aussi une satire cruelle de cette riche et vaine société américaine du début du 20ème siècle, une société dans laquelle le mariage semble le seul ascenseur social pour les femmes, et dont les valeurs sont fondées sur les apparences, où l’hypocrisie semble être la principale caractéristique, avec le goût du luxe : on se snobe, on se poignarde dans le dos mais on recherche sans cesse la compagnie de ses semblables (ou qu’on croit tels) pour être vus au bon endroit au bon moment, pour être acceptés. C’est cette peinture sociale qui m’a le plus intéressée. Pour le reste, l’histoire de la pathétique Lily n’a éveillé aucune compassion en moi, son inconséquence, ses atermoiements et tergiversations m’ont agacée. Quant au style, je ne sais pas si c’est parce qu’il y a (trop) longtemps que je n’avais plus lu de “classique”, mais j’ai eu du mal avec les dialogues elliptiques (je n’étais jamais sûre d’avoir compris les conversations). L’analyse psychologique est certes ciselée, mais se perd en longueurs et lourdeurs ennuyeuses et creuses, à l’image de la vie des personnages.

Présentation par l’éditeur:

Un après-midi de septembre, à la gare de New York, Mr Selden rencontre par hasard Miss Lily Bart ; elle vient de manquer le train qui devait la conduire chez des amis. Elle accepte de venir prendre une tasse de thé chez l’avocat. C’est l’occasion pour lui de faire une cour discrète à cette jeune femme de vingt-neuf ans, orpheline charmante mais sans argent, qui aimerait faire un riche mariage. Mais, pour elle, ce moment passé seule à seul chez un célibataire est aussi la première entorse aux usages du monde.

Évocation brillante de la haute société new-yorkaise, où la richesse ne compte qu’affichée, Chez les heureux du monde fonde son intrigue sur le thème du mariage et de l’ascension sociale qu’il permet. Mais Lily Bart confond la vie et les fausses valeurs auxquelles elle sacrifie son âme…

Evaluation :

Voir aussi

Chroniques de San Francisco (tome 8): Mary Ann en automne

Auteur: Armistead Maupin Éditeur: Points – 2012 (360 pages) Lu en juin 2020 Mon avis: …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :