vendredi , 10 juillet 2020

Chroniques de San Francisco (tome 7): Michael Tolliver est vivant

Auteur: Armistead Maupin

Éditeur: Points – 2009 (320 pages)

Lu en mai 2020

Mon avis: Oui, Michael Tolliver est vivant, et il en est le premier surpris. En ce début de millénaire, il a 54 ans et est séropositif depuis une vingtaine d’années. Réchappé de l’hécatombe qui a fait tant de victimes parmi la communauté homosexuelle au début des années 80, il sait qu’il n’est jamais qu’en sursis, et ressent d’autant plus le bonheur d’être en vie. Et d’être amoureux. Il a enfin rencontré son prince charmant en la personne de Ben, 20 ans plus jeune que lui, et ils filent le parfait amour. Autour d’eux, gravitent certains de leurs amis de longue date, tels Brian et sa fille adoptive Shawna, et bien sûr Mme Madrigal, toujours vivante elle aussi et désormais vénérable octogénaire. S’il y a une légère ombre au tableau, c’est celle projetée par la (très conservatrice) famille de Michael, qui n’a toujours pas accepté son homosexualité, et encore moins son mariage avec un homme aussi jeune. Mais la mère de Michael est mourante, et elle appelle son fils auprès d’elle en Floride, peut-être en vue d’une réconciliation ? Presque au même moment, Anna Madrigal aurait elle aussi bien besoin de l’assistance de son fils de cœur. Un fameux dilemme pour Michael. Ou pas…

Publié 20 ans après le volume précédent (“Bye bye Barbary Lane“), cet épisode (sans doute en partie autobiographique) est assez différent, innovant avec une narration à la première personne par Michael. Plutôt qu’une succession de saynètes virevoltant entre de multiples personnages hauts en couleurs et péripéties rocambolesques, il est davantage centré sur le couple Ben/Michael, ce dernier revenant sur le passé et livrant ses réflexions sur leur vie commune et l’amour en général. Les personnages sont moins nombreux, l’ambiance est plus posée, l’insouciance des années 70-80 n’est plus. Ce qui n’empêche pas Michael de donner à cette sorte de “mémoires” le même ton humoristique, ironique ou même salace. Un brin nostalgique, ce tome de retrouvailles avec Michael et sa famille “logique” (par opposition à sa famille biologique) réussit une fois de plus le dosage impeccable entre tendresse et causticité.

Présentation par l’éditeur:

Aujourd’hui, Michael Tolliver est plus vivant que jamais. Il a rencontré l’amour, et mène une vie heureuse au côté de son jeune mari. Mais la maladie ressurgit, et Michael doit choisir entre les deux femmes de sa vie : ira-t-il au chevet de sa mère biologique, qui refuse depuis toujours son homosexualité, ou choisira-t-il San Francisco et Anna, sa mère spirituelle, qui souffre et réclame sa présence ?

Evaluation :

Voir aussi

Chez les heureux du monde

Auteur: Edith Wharton Éditeur: Le Livre de Poche – 2010 (448 pages) Lu en juin …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :