jeudi , 23 septembre 2021

A vendre ou à louer

Auteur: Valentine de le Court

Éditeur: Editions Mols – 15 février 2020 (320 pages)

Lu en mai 2021

Mon avis: Jean-Baptiste est agent immobilier à Paris, et à ce titre n’a pas besoin d’un domicile fixe. Ce frimeur branché a en effet les clés d’une série d’appartements cossus de la capitale (en principe inoccupés), et c’est là qu’il emmène ses conquêtes d’un soir (il n’a pas besoin non plus d’amour fixe) pour leur en mettre plein la vue et les tomber d’autant plus facilement.
Pour JB, la vie est belle, sexuellement bien remplie et financièrement riche. Mais il faut bien qu’un rouage se grippe de temps à autre, sinon on n’en ferait pas un roman.
Et donc ce soir-là, Jean-Baptiste emmène Alice, sa belle du jour, dans un vaste appartement aux nombreuses chambres. La soirée qui s’annonçait chaude devient brutalement glaciale quand les tourtereaux découvrent le corps d’une jeune femme, étranglée dans une baignoire. Alice, infirmière, parvient cependant à réanimer Machinka (puisque c’est son prénom). A peine sur pied, celle-ci s’évapore dans la nature, sans aucune explication. JB et Alice nagent en plein mystère, lequel va bientôt s’épaissir d’une fameuse couche de danger et de panique, avec chantage, enlèvements, corruption et pratiques médicales plus que douteuses.
La trame linéaire à la troisième personne est entrecoupée des murmures de deux autres voix, celle de Machinka qui raconte son parcours, et celle d’une mystérieuse journaliste, venimeuse, très ambitieuse et immorale, qui semble tutoyer les plus hautes sphères du pouvoir.
Voilà une histoire qui commence de façon rocambolesque et improbable et qui se transforme bien vite en thriller, pour nous emmener rondement vers un final à grand suspense. Il y a quelques grosses ficelles et les personnages sont un peu caricaturaux, mais on finit par s’attacher à la jolie Alice et à ce JB malgré son côté superficiel et magouilleur.
Ce roman se lit d’une traite et fait passer un très agréable moment de lecture, même si j’avais préféré l’atmosphère d’ “Une maison bruxelloise“, de la même auteure mais dans un tout autre genre.

Présentation par l’éditeur:

Qui n’a pas rêvé de posséder les clefs des plus beaux appartements de Paris pour y vivre sans attaches ? Jean-Baptiste, agent immobilier, y retrouve ses conquêtes d’un soir et jouit de cette vie nomade et sans accrocs jusqu’au jour où le destin surgit dans l’une de ses garçonnières, sous les traits d’une inconnue agonisante, qu’il sauve in extremis et qui s’évapore aussitôt.

Le monde de Jean-Baptiste déraille alors inexorablement et il se retrouve bientôt pris au piège entre chantages, enlèvements et le charme vénéneux d’une journaliste ambitieuse.

Au cœur d’une conspiration diabolique, il est contraint de retrouver l’inconnue à tout prix pour sauver sa vie, et peut-être celle de beaucoup d’autres.

Evaluation :

Voir aussi

La félicité du loup

Auteur: Paolo Cognetti Editeur: Stock – 1er septembre 2021 (216 pages) Lu en août 2021 …

%d blogueurs aiment cette page :