jeudi , 18 avril 2024

Frère d’âme

Auteur: David Diop

Editeur: Seuil – 2018 (176 pages)/Points – 2019 (144 pages)

Prix Goncourt des Lycéens 2018

Lu en mars 2024

Mon avis: Alfa et Mademba, amis d’enfance, font partie du contingent de tirailleurs sénégalais engagés sur le front de la Grande Guerre dans les rangs de la Mère Patrie.

Un jour de plus – un jour de trop –, ils sont envoyés à l’assaut de l’ennemi et jaillissent de leur tranchée avec leurs camarades. Mademba est fauché, et agonise dans les bras d’Alfa, qui ne trouve pas le courage de l’achever pour abréger ses souffrances. Alfa ne s’en remettra pas, rongé par la culpabilité et par une violence folle à laquelle il laisse désormais libre cours sur le champ de bataille. Au point de susciter l’inquiétude et la crainte des autres soldats et de la hiérarchie, et d’être envoyé « au repos » à l’arrière du front.

Mais la tête d’Alfa, incapable de trouver le repos et la paix, remonte sans cesse le temps pour nous raconter l’amitié des deux hommes et leur passé au Sénégal.

Monologue intérieur, litanie hallucinée, prière incantatoire, ce texte hypnotique est fait de répétitions circulaires qui se déploient en une spirale centrifuge à partir de la mort de Mademba. Sur ce noyau, ce nœud traumatisant, se déposent ainsi peu à peu, à rebours, les conséquences et les causes qui ont conduit les deux amis à quitter leur village et s’engager dans l’armée pour faire la guerre.

Charge virulente contre l’hypocrisie de la guerre « civilisée » et les codes d’honneur, ce texte est d’autant plus percutant qu’il est simple et concis, et même poétique, paradoxalement. Sans concessions, il montre la folie et la sauvagerie engendrées par la guerre et le désespoir.

Roman sur l’amitié, « Frère d’âme » interroge sur la notion d’humanité et rend une voix aux milliers de soldats africains des colonies françaises, utilisés comme chair à canon et quasiment oubliés de l’Histoire.

Présentation par l’éditeur:

Un matin de la Grande Guerre, le capitaine Armand siffle l’attaque contre l’ennemi allemand. Les soldats s’élancent. Dans leurs rangs, Alfa Ndiaye et Mademba Diop, deux tirailleurs sénégalais parmi tous ceux qui se battent alors sous le drapeau français. Quelques mètres après avoir jailli de la tranchée, Mademba tombe, blessé à mort, sous les yeux d’Alfa, son ami d’enfance, son plus que frère. Alfa se retrouve seul dans la folie du grand massacre, sa raison s’enfuit.
Lui, le paysan d’Afrique, va distribuer la mort sur cette terre sans nom. Détaché de tout, y compris de lui-même, il répand sa propre violence, sème l’effroi. Au point d’effrayer ses camarades. Son évacuation à l’Arrière est le prélude à une remémoration de son passé en Afrique, tout un monde à la fois perdu et ressuscité dont la convocation fait figure d’ultime et splendide résistance à la première boucherie de l’ère moderne.

Evaluation :

Voir aussi

La casse

Auteure: Eugenia Almeida Editeur: Métailié – 5 avril 2024 (208 pages) Lu en mars 2024 …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.