jeudi , 23 septembre 2021

La fabrique des pandémies

Auteur: Marie-Monique Robin

Editeur: Editions La Découverte – 2021 (352 pages)

Lu en juin 2021

Mon avis: Quels sont les ingrédients d’une pandémie ?
A première vue, on pense : virus très contagieux, porté par un vecteur animal (rat, chauve-souris, moustique, pangolin), transmis à un être humain puis un autre et encore un autre, jusqu’à faire le tour de la planète.
Mais d’où sort-il, ce virus ? Fabriqué dans, échappé d’un laboratoire ? Ça reste à démontrer et ce n’est pas l’objet de ce livre, et de toute façon c’est beaucoup plus complexe que cela. L’émergence croissante et accélérée de virus et des zoonoses qu’ils transmettent est largement favorisée par la destruction de la biodiversité. Cette destruction est notamment provoquée par la déforestation, la fragmentation des habitats naturels (par la construction de routes par exemple), les monocultures qui elles-mêmes répondent à des enjeux liés à l’agro-business et au profit, le tout à une échelle exponentielle. Cette destruction provoque, quant à elle, en aval, une “vraie aubaine” pour les agents pathogènes, car “en modifiant dramatiquement les écosystèmes nous leur ouvrons un nombre infini d’opportunités de s’installer dans de nouveaux hôtes. Si vous ajoutez à cela l’urbanisation galopante […] puis la globalisation effrénée des échanges et, enfin, le dérèglement climatique, vous avez là un cocktail absolument inédit dans l’histoire de l’humanité, qui crée la base écologique permettant aux maladies infectieuses de se répandre en un temps record n’importe où sur la planète” (D. Brooks, biologiste de l’évolution).
Les 61 autres scientifiques interrogés par M.M. Robin dans cet ouvrage ne disent pas autre chose, et certains le disent d’ailleurs avec beaucoup d’amertume, voire parfois de désespoir.
Parce que tout cela est connu (c’est en 1968 que sont abordés publiquement pour la première fois les liens entre perte de biodiversité et santé, lors d’une conférence de l’Unesco sur la biosphère à Paris), su, démontré, prévisible, prévu.
Pour tous ces chercheurs, la solution existe : préserver la biodiversité, maintenant et tout de suite.
Facile à dire.
Parce que c’est une solution sur le long terme. Et c’est là tout le problème.
La première réaction à la pandémie de Covid a été une réaction “à l’ancienne” : le confinement. Puis on a embrayé sur les vaccins. Tout cela c’est très bien (façon de parler), mais cela ne fait que parer au plus pressé, c’est la solution d’urgence, de facilité, à court terme, cela ne soigne que le symptôme et cela ne traite pas la cause. Les plus optimistes diront qu’une fois la crise passée, tassée, on envisagera les solutions à plus long terme. Mais qui ça, “on” ? les intérêts politiques et économiques (et l’individualisme) sont généralement très myopes, voire aveugles à l’horizon, et semblent avoir bien peu de capacité (de volonté) à penser plus loin : “les mesures que nous devrions prendre […] impliquent un changement dans les relations que les humains entretiennent avec leur environnement, comme leur rapport à la faune sauvage, ou leur manière d’exploiter les forêts et les océans. Et c’est peut-être ce qui fait peur…” (D. Civitello, biologiste). Cela implique de considérer que l’humain fait partie de cette biodiversité, sans lui être supérieur, contrairement aux tenants de l’écomodernisme : “d’après ses adeptes, l’homme est au-dessus de toutes les autres espèces peuplant la Terre et ne fait pas partie de la nature, qui est « déchaînée et sauvage » […]. Pour eux, l’utilité de la nature se mesure à l’aune de ce qu’elle nous apporte ou nous inflige : elle nous fait du bien ou du mal. C’est ainsi qu’est né le concept de “service écosystémique” qui réduit la nature à un pourvoyeur de services pour l’humanité“.

Il serait temps aussi de mettre fin à la logique de “silos” qui a séparé, par exemple, les médecines humaine et vétérinaire au début du 20ème siècle, “une erreur monumentale” (J. Zinsstag, épidémiologiste) à l’origine de la résistance aux antibiotiques. Décloisonner non seulement les différentes disciplines scientifiques, mais plus largement mettre en lien sciences, économie, culture, puisque tout est lié et que le bien-être humain dépend de la santé des écosystèmes : “le fait de bénéficier de bonnes relations sociales, qui peut paraître relever de considérations abstraites, comme le respect, la confiance, le sens de l’éthique ou de la moralité, s’effondre lorsque l’environnement dysfonctionne ou se dégrade, conduisant à des conflits et à des violences contre les plus pauvres et les plus vulnérables” (S. Naeem, écologue et biologiste). Un effondrement causé par “l’uniformisation de la pensée, qui considère la diversité – biologique ou culturelle – non pas comme une richesse, mais comme un obstacle à un type de développement fondé sur l’extraction et la consommation exponentielle des ressources naturelles” (L. Maffi, linguiste et anthropologue).
Comme une biodiversité idéale, “La fabrique des pandémies” est un ouvrage très riche, dense, mais fluide à lire et très accessible, fondé sur des entretiens avec des scientifiques renommés dans leurs disciplines respectives, et étayé de références solides (pour autant que je puisse en juger).
Un beau travail d’enquête, et un récit bien construit, et même captivant. J’espère que ce livre deviendra un documentaire, qui pourrait avoir bien plus d’impact sur le grand public qu’un essai de 300 pages, aussi lisible soit-il. Un impact qui provoquerait une réaction radicale et nécessaire pour secouer l’infinie inertie des gouvernements. Sans ça (et je ne suis pas une optimiste), l’avenir d’ “épidémie de pandémies” que nous annonce ce livre est bien peu réjouissant…

Présentation par l’éditeur:

“Voir un lien entre la pollution de l’air, la biodiversité et la covid-19 relève du surréalisme, pas de la science !”, affirmait Luc Ferry en mars 2020, accusant les écologistes de “récupération politique”. Voilà un philosophe bien mal informé. Car, depuis les années 2000, des centaines de scientifiques tirent la sonnette d’alarme : les activités humaines, en précipitant l’effondrement de la biodiversité, ont créé les conditions d’une “épidémie de pandémies”.
C’est ce que montre cet essai, mobilisant de nombreux travaux et des entretiens inédits avec plus de soixante chercheurs du monde entier. En apportant enfin une vision d’ensemble, accessible à tous, Marie-Monique Robin contribue à dissiper le grand aveuglement collectif qui empêchait d’agir. Le constat est sans appel : la destruction des écosystèmes par la déforestation, l’urbanisation, l’agriculture industrielle et la globalisation économique menace directement la santé planétaire.
Cette destruction est à l’origine des “zoonoses”, transmises par des animaux aux humains : d’Ébola à la covid-19, elles font partie des “nouvelles maladies émergentes” qui se multiplient, par des mécanismes clairement expliqués dans ce livre. Où on verra aussi comment, si rien n’est fait, d’autres pandémies, pires encore, suivront. Et pourquoi, plutôt que la course vaine aux vaccins ou le confinement chronique de la population, le seul antidote est la préservation de la biodiversité, impliquant d’en finir avec l’emprise délétère du modèle économique dominant sur les écosystèmes.

Une citation:

– Que les défis lancés à l’espèce humaine soient d’origine physique ou sociale, la diversité du milieu est essentielle pour l’évolution de l’homme et de ses sociétés, parce qu’un milieu stéréotypé et uniforme peut entraîner – et entraîne souvent – un appauvrissement de la vie, une perte progressive des qualités mêmes de l’humanité et un affaiblissement de la santé physique et mentale. Nous devrions chercher à préserver ou même à accroître autant que possible la diversité du milieu où nous vivons.
(Actes de la conférence sur la biosphère organisée par l’Unesco à Paris en 1968)

Evaluation :

Voir aussi

Les mots pour le dire – De la haine et de l’insulte en démocratie

Auteur: Fabrice Humbert Editeur: Tracts Gallimard – 18 février 2021 (48 pages) Lu en juillet …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :