mardi , 23 juillet 2019
Accueil / Etoiles / 5 étoiles / La plage d’Ostende

La plage d’Ostende

Auteur: Jacqueline Harpman

Editeur: Le Livre de poche – 1993 (316 pages)

Lu en mars 2015

la plage d'ostendeMon avis: Sous les auspices du mythe de Tristan et Yseult, la désormais vieillissante Emilienne égrène ses souvenirs. Souvenirs d’une vie placée sous le signe exclusif de l’amour avec un grand « A », à la conquête duquel elle aura tout sacrifié, ou presque.
Emilienne, âgée de onze ans, est à la remorque de sa mère qui court les réceptions mondaines de la bourgeoisie bruxelloise. C’est à cette occasion que la petite fille croisera Léopold, jeune peintre encore méconnu. Elle en tombe éperdument amoureuse, et décide sur-le-champ que cet amour sera un jour payé en retour : « Dès que je le vis, je sus que Léopold Wiesbek m’appartiendrait. J’avais onze ans, il en avait vingt-cinq ». Phrase choquante, affirmation égocentrique, conviction prétentieuse, caprice d’enfant gâtée, toujours est-il qu’au prix de bien des tourments et de doutes abyssaux, au prix aussi de plusieurs destins cruellement sacrifiés sur l’autel de l’amour absolu et de manœuvres à la moralité douteuse, Emilienne parviendra à ses fins quelques années plus tard. Elle se fera aimer de Léopold, faisant éclore une passion d’abord clandestine, puis, après mariages de convenance ou d’argent, en pleine lumière, au mépris du qu’en-dira-t-on.
Portée par une écriture superbe, l’histoire d’amour d’Emilienne et Léopold est captivante, magnifique, extraordinaire. Mais cette conquête, avec plan de bataille et stratégies hautement manipulatoires à l’appui, paraît aussi malsaine, et me pose beaucoup de questions. Au-delà de l’aspect moral, du caractère exclusif, égoïste et destructeur (pour les tiers) de la relation des amants, peut-on réellement tomber amoureux à 11 ans, au point d’en être obsédé à vie ? Et surtout, peut-on forcer quelqu’un à tomber amoureux de soi ? Jusqu’où peut-on aller dans la transformation, l’adaptation, la maîtrise de soi pour devenir celui/celle dont l’autre va, à coup sûr, tomber amoureux ? Jusqu’où aller dans le reniement de soi, de sa propre individualité, pour se métamorphoser en LA personne que l’autre va choisir ? En la personne que l’on CROIT que l’autre va choisir, car peut-on être sûr de savoir ce que l’autre désire, pense, aime, ou, encore plus difficile, ce qu’il VA aimer ?
Ce pari insensé n’a pas arrêté Emilienne, qui misait pourtant gros en vouant sa vie à un homme dont elle ne pouvait être certaine qu’il l’aimerait. Elle a joué, gagné contre le Destin, qui prendra sa revanche et lui fera payer sa passion, puisqu’elle survivra longtemps à son amant, dans la douleur, le désespoir et l’incompréhension de sa fille.
Honte à moi qui n’avais jamais lu un roman de ma compatriote Jacqueline Harpman. Celui-ci est magnifique, tout en subtilité et finesse psychologique. Et au-delà de l’histoire d’amour, c’est l’immersion dans l’ambiance belgo-bruxelloise des années 50 qui ajoute au bonheur de lecture…

Présentation par l’éditeur:

“Dès que je le vis, je sus que Léopold Wiesbek m’appartiendrait. J’avais onze ans, il en avait vingt-cinq”. Prise ainsi par une passion que rien n’éteindra, Émilienne devra attendre son heure. Talentueux, beau, aimé des femmes, Léopold fait un mariage d’argent pour pouvoir se consacrer à la peinture. La jeune fille va lentement tisser sa toile, ne reculant devant rien, sacrifiant au passage quelques existences. Des années plus tard, après la mort de son amant, Émilienne, désespérée mais sans remords, demeurera certaine que c’était le prix à payer pour vivre sa passion.

Evaluation :

Voir aussi

Le fusil à pétales

Auteur: André-Marcel Adamek Editeur: Espace Nord – 2014 (224 pages) Prix Rossel 1974 Lu en …

Un commentaire

  1. Avatar

    L’amour forcé ? Cette histoire me fait penser à “Lettre d’une inconnue” de Zweig à laquelle je n’ai pas crue un instant…

%d blogueurs aiment cette page :