mardi , 19 juin 2018
Accueil / Etoiles / 2 étoiles / Le jour des morts

Le jour des morts

Auteur: Kent Harrington

Editeur: AmazonCrossing – 2018 (186 pages)

Lu en mai 2018

Mon avis: Je me réjouissais à l’idée de lire Le Jour des Morts, un polar ayant pour cadre Tijuana-la-dépravée, juste à la frontière du Mexique et des USA, avec pour personnage principal un (encore) jeune agent de la DEA (l’agence anti-drogue américaine), corrompu, accro au jeu et malade. Chic, me disais-je, un bon petit polar de derrière les fagots alimentant les feux de l’enfer, bien noir, amer et brûlant comme le café du matin, qui se déroule dans l’une des villes les plus pourries de la planète, près d’une frontière qui laisse tout passer (surtout le pire) si on sait s’y prendre (càd payer).
Eh bien… en fait de roman noir, c’est certes très sombre, mais c’est surtout psychédélique. En effet, Vince Calhoun, l’agent susnommé de la DEA en poste côté mexicain, gagne sa croûte en jouant les « coyotes », càd les passeurs, pour tout qui voudrait entrer illégalement aux Etats-Unis, ce paradis pré-11Septembre. Il enchaîne plusieurs passages par jour, et autant de fusillades, de courses-poursuites et de sauvetages héroïques in extremis, jusque là sans y perdre trop de plumes. Mais ledit plumage est de plus en plus menacé parce que Vince, accro aux paris sportifs (pauvres lévriers, quand j’y pense), est endetté jusqu’au cou et doit gérer un créancier pas exactement accommodant. Et qu’en plus Vince est atteint de dengue, qui pourrait devenir hémorragique et le tuer (ou pas), et dont les symptômes le handicapent de plus en plus lourdement. Et qu’en plus, en cette veille de 2 novembre, jour des morts, il retrouve par hasard son amour de jeunesse, la sublime Celeste, qui sort tout juste de prison. Arc-en-ciel, violons et bisounours car, même si jadis la lycéenne Celeste a laissé le professeur Vince se faire condamner pour détournement de mineure, il suffira d’une étincelle pour rallumer les feux de l’amour.
Bref, le Jour des Morts sera celui de la dernière mission de Vince, la fin de sa descente aux enfers, le jour (ou la nuit) où sa décadence se terminera par la mort ou la rédemption dans l’amour, à vous de lire.
Hum… Sinon, à part ça, beaucoup d’action, de drogue, de sexe, de violence, de castagne et d’escopette entre sales types corrompus jusqu’à l’ADN, au milieu de touristes en mal de folklore exotique. Pas fondamentalement mauvais mais rien de transcendant.

En partenariat avec les éditions AmazonCrossing via Netgalley.

PS#1 : pour un très bon roman noir dans ce coin-là du continent, lire « Tijuana Straits » de Kem Nunn
PS#2 : je déconseille totalement l’édition numérique de ce bouquin, dont la mise en page est ratée : les notes de bas de page, les en-tête et pieds-de-page avec titre, nom de l’auteur et numérotation se retrouvent dans la continuité du texte, càd en plein milieu de celui-ci, bonjour la lisibilité, sans compter les renvois à la ligne intempestifs. Peut-être est-ce parce que je n’ai pas la liseuse vendue par la plate-forme de l’éditeur ?
PS#3 : je ne suis pas sûre d’avoir lu la version intégrale du roman. Le Jour des Morts a en effet été édité en 2000 par Pocket, dans une édition comptant 282 pages. La version rééditée que j’ai lue (en numérique donc) en compte 186 (très aérées), et la future édition brochée en comptera 300. Je me pose des questions…
PS#4 : quant à cette réédition, il paraît qu’elle « comprend des révisions éditoriales ». Pourrait-on savoir lesquelles, svp ? Est-ce la postface du traducteur ? Celles qui consistent à indiquer toutes les 10 pages “en français dans le texte” (horripilant vu le mauvais confort de lecture, cf supra), alors qu’il aurait suffi d’un avertissement initial du style “les mots en italique suivis d’un astérisque sont en français dans le texte” ? Ou des notes de bas de page aussi édifiantes que celle qui nous éclaire sur les chaussures Hush Puppies : “sorte de mocassins très souples que portent les membres de gangs à Los Angeles et ailleurs”. Mazette, rappelez-moi de ne jamais emporter mes pantoufles rose bonbon de cette marque dans ma valise quand j’irai aux USA…

Présentation par l’éditeur:

Ville frontière entre le Mexique et l’Eldorado américain, Tijuana est une improbable Gomorrhe des temps modernes où tout s’achète et se vend pour une poignée de dollars. C’est dans cette cité-fournaise gangrenée par la corruption, le bruit, la misère, la violence et le sexe qu’a fini par échouer Vincent Calhoun, un ancien Marine devenu agent de la DEA, les Stups américains. Accro au jeu et endetté, Calhoun se maintient à la surface en monnayant ses services de passeur. Immigrants clandestins, criminels condamnés, barons de la drogue : peu importe la cargaison pourvu que l’argent rentre.

La veille du jour des Morts, Céleste Stone débarque d’un car de prisonniers nouvellement libérés sur la grand-place de Tijuana. Dix ans après un premier coup de foudre fatal et une condamnation pour viol sur mineure, alors qu’il est professeur d’espagnol et Céleste lycéenne, Calhoun retombe instantanément, viscéralement amoureux de la jeune femme. À bout de course, épuisé par une fièvre infectieuse, il veut croire au retour de sa bonne étoile ; la réapparition de Céleste précipitera pourtant sa descente aux enfers.

Le Jour des Morts de Kent Harrington est un grand thriller noir, une œuvre puissante qui explore les profondeurs de la corruption humaine en quête d’un peu de lumière, celle d’une possible rédemption.

Evaluation :

Voir aussi

La fille sous la glace

Auteur: Robert Bryndza Editeur: Belfond – Rentrée littéraire hiver 2018 (448 pages) Lu en janvier 2018 …

4 commentaires

  1. Je comptais le lire mais vu ce que tu en dis, ça va libérer une place pour un autre livre !

  2. Corrompu jusqu’a L’ADN ! J’aime bien l’expression ! A part ça, je ne suis pas sûre de le lire.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :