jeudi , 25 avril 2019
Accueil / Etoiles / 4 étoiles / No home

No home

Auteur: Yaa Gyasi

Editeur: Calmann-Lévy – 2017 (450 pages)

Lu en février 2017

Mon avis: « Comment expliquer à Marjorie que ce qu’il voulait capter avec son projet était la sensation du temps, l’impression d’être une part de quelque chose qui remontait si loin en arrière, qui était si désespérément vaste qu’il était facile d’oublier qu’elle, lui, chacun d’entre nous, en faisait partie – non pas isolément mais fondamentalement. […] [Les ancêtres de Marcus] avaient tous fait partie de leur temps et […] Marcus était une somme de ces époques ».

La somme de ces époques, c’est ce qu’est No home, qui raconte, génération après génération, 250 ans de l’histoire de deux familles noires, issues de la même ancêtre.
Tout commence à la fin du 18ème siècle, en Côte-de-l’Or (le Ghana actuel). Maame, d’origine ashantie, est l’esclave d’un notable de la tribu fanti, dont elle a eu une fille, Effia. A la suite d’un incendie, Maame s’enfuit, en abandonnant son bébé. Quelques années plus tard, mariée à un Ashanti, elle aura une autre fille, Esi. Effia et Esi ne se rencontreront jamais, mais les deux demi-soeurs se sont pourtant trouvées brièvement au même endroit (le fort de Cape Coast) au même moment, mais dans des conditions de vie bien différentes, Effia offerte comme épouse au capitaine anglais du fort, Esi vendue comme esclave, enchaînée dans un cachot du même fort, quelques mètres sous les pieds d’Effia, attendant d’être embarquée sur un bateau négrier à destination des Etats-Unis et de leurs champs de coton.
Le roman se poursuit en abordant un nouveau personnage dans chaque chapitre, en suivant l’arbre généalogique, sautant alternativement de la branche descendant d’Effia à celle d’Esi. De la lignée restée en Afrique et qui décide à peu près de son destin, à celle qui prend souche malgré elle aux Etats-Unis, on passe des « arrangements commerciaux » entre esclavagistes européens et africains aux rivalités entre tribus, des plantations et des coups de fouet à l’abolitionnisme, de la guerre contre les Anglais à la colonisation, des mines de charbon à l’arbitraire et aux violences policières, puis à Harlem qui devient peu à peu un ghetto de junkies.
Esclavage et racisme sont les fils conducteurs, et si le premier a aujourd’hui disparu aux USA, le poison du deuxième continue à en imbiber les cicatrices et à peser encore et toujours sur le quotidien des Afro-américains (« la somme des époques », disais-je).
No home (qui est la bizarre « traduction française » du titre original Homegoing) est donc une fresque romanesque qui couvre presque trois siècles d’une histoire incroyablement douloureuse, indigne de l’Humanité, et d’autant plus poignante qu’elle est ici écrite avec poésie, sans pathos et sans manichéisme. Devant une construction aussi maîtrisée et documentée et devant un tel talent de narration, on s’étonne qu’il s’agisse d’un premier roman.
Le projet était ambitieux, le résultat à la hauteur, et Yaa Gyasi une romancière à suivre.

En partenariat avec les éditions Calmann-Lévy, via le réseau NetGalley.

Présentation par l’éditeur :

XVIIIe siècle, au plus fort de la traite des esclaves. Effia et Esi naissent de la même mère, dans deux villages rivaux du Ghana. La sublime Effia est mariée de force à un Anglais, le capitaine du Fort de Cape Coast. Leur chambre surplombe les cachots où sont enfermés les captifs qui deviendront esclaves une fois l’océan traversé. Effia ignore que sa soeur Esi y est emprisonnée, avant d’être expédiée en Amérique où, des champs de coton jusqu’à Harlem, ses enfants et petits- enfants seront inlassablement jugés pour la couleur de leur peau. La descendance d’Effia, métissée et éduquée, connaît une autre forme de souffrance : perpétuer sur place le commerce triangulaire familial puis survivre dans un pays meurtri pour des générations.
Navigant brillamment entre Afrique et Amérique, Yaa Gyasi écrit le destin d’une famille à l’arbre généalogique brisé par la cruauté des hommes. Un voyage dans le temps inoubliable.

Quelques citations:

– Je suis trop vieux pour aller en Amérique. Trop vieux aussi pour la révolution. En outre, si nous allons étudier chez les Blancs, nous apprendrons seulement ce que les Blancs veulent que nous apprenions. Nous reviendrons pour construire le pays que les Blancs veulent que nous construisions. Un pays qui continuera à les servir. Nous ne serons jamais libres.

– Nous croyons celui qui a le pouvoir. C’est à lui qu’incombe d’écrire l’histoire. Aussi quand vous étudiez l’histoire, vous devez toujours vous demander: “Quel est celui dont je ne connais pas l’histoire? Quelle voix n’a pas pu s’exprimer?” Une fois que vous avez compris cela, c’est à vous de découvrir cette histoire. A ce moment-là seulement, vous commencerez à avoir une image plus claire, bien qu’encore imparfaite.

– … car il savait dans sa chair, même s’il ne l’avait pas encore totalement enregistré dans son esprit, qu’en Amérique, le pire qui pouvait vous arriver était d’être noir. Pire que mort, vous étiez un mort qui marche.

– Quand il était jeune, son père lui avait dit que les Noirs n’aimaient pas l’eau parce qu’ils avaient été transportés dans des bateaux négriers. Comment un homme noir aurait-il eu envie de nager? Le fond de l’océan était déjà jonché d’hommes noirs.

Evaluation :

Voir aussi

Hiver à Sokcho

Auteur: Elisa Shua Dusapin Editeur: Folio – 2018 (160 pages) Lu en mars 2019 Mon …

3 commentaires

  1. Avatar

    Intéressant ! Je me le note !

  2. Avatar

    Une sacrée page d’Histoire qui n’est pas sans me rappeler celle que nous avait contée l’historien des geôles de l’île de Gorée…

%d blogueurs aiment cette page :