dimanche , 18 novembre 2018
Accueil / Etoiles / 2 étoiles / Noli me tangere – Ne me touche pas

Noli me tangere – Ne me touche pas

Auteur: Andrea Camilleri

Editeur: Métailié – 2018 (144 pages)

Lu en avril 2018

Mon avis: Laura a disparu. Comme elle est la jeune et belle épouse d’un grand écrivain riche, célèbre et plus âgé qu’elle, la nouvelle ne passe pas inaperçue, la police et la presse s’en mêlent. Il apparaît très vite qu’il ne s’agit pas d’un enlèvement, mais d’une disparition volontaire. Et pas sur un coup de tête, loin s’en faut, puisque Laura a tout organisé au millimètre, dans le plus grand secret.

Même si, dans un cas pareil, la police n’a plus aucune raison d’enquêter, le commissaire Maurizi, par égard pour la réputation du mari délaissé, poursuit néanmoins ses investigations. En interrogeant le passé de Laura, il lui découvre des amours tumultueuses et des amants en pagaille. Des témoignages qu’il recueille, il se dégage une femme à la personnalité complexe, tour à tour sans coeur et sans cerveau, égoïste et vaine, ou au contraire passionnée, tourmentée, déprimée, à la recherche d’elle-même.

Ceci n’est pas un roman policier, c’est le portrait d’une femme difficile à cerner, mais peut-être « pas si inhabituel qu’il peut apparaître à première vue », comme le dit l’auteur dans une note finale. Ceci n’a rien d’un récit linéaire, c’est un puzzle exclusivement constitué de dialogues, de coupures de presse et de courriers dont l’agencement restitue progressivement la personnalité de Laura.

Une histoire pliée en 140 pages très aérées, une disparition à la motivation un brin improbable, un prétexte à l’évocation savante de la fresque « Noli me tangere » de Fra Angelico, une héroïne qui fait figure de pauvre petite fille riche incomprise, tout cela ne m’a guère touchée…

En partenariat avec les Editions Métailié.

Présentation par l’éditeur:

Laura, belle et brillante épouse d’un grand écrivain, disparaît alors qu’elle était sur le point de finir son premier roman. Son mari s’inquiète, la presse s’emballe et toute une ribambelle d’amants en profitent pour dire tout le mal qu’ils pensent d’elle.
Mais Laura est-elle cette séductrice cruelle et sans cervelle, cette femme calculatrice et superficielle, ce monstre d’égoïsme que décrivent ses amants ? Ou bien un être tourmenté et absolu, avide de spiritualité, chroniquement affligé de crises de mélancolie, de ghibli, comme elle dit, qui l’obligent à se retrancher du monde et des hommes ?
Le subtil commissaire Maurizi mène une enquête discrète sur les traces d’une femme mystérieuse, fascinée par la fresque de Fra Angelico, Noli me tangere, qui a magistralement orchestré sa propre disparition.
Construit comme un kaléidoscope de dialogues, articles, lettres qui tentent tour à tour d’approcher l’insaisissable Laura, ce court roman est un formidable hommage à une femme libre et à la possibilité qu’a tout un chacun de se réinventer radicalement.

Evaluation :

Voir aussi

Comme un seul homme

Auteur: Daniel Magariel  Editeur: Fayard – 22 août 2018 (192 pages) Lu en septembre 2018 …

%d blogueurs aiment cette page :