samedi , 21 septembre 2019
Accueil / Etoiles / 4 étoiles / Oublier Klara

Oublier Klara

Auteur: Isabelle Autissier

Editeur: Stock – 2 mai 2019 (320 pages)

Lu en juin 2019

Mon avis: En ces temps de canicule, partons donc à Mourmansk en Russie, la plus grande ville du monde située au-delà du cercle polaire. Non pour y contempler les dégâts du réchauffement climatique, mais ceux du stalinisme, et pour y chercher Klara. Ou plutôt son souvenir et l’histoire d’une famille. La quête commence auprès d’un lit d’hôpital, celui de Rubin, qui se meurt. Son fils Iouri est à ses côtés, de mauvais gré. Il a dû quitter dare-dare les Etats-Unis où il a émigré 20 ans auparavant pour y vivre librement son homosexualité et sa passion pour l’ornithologie. Alors qu’il pensait ne jamais rentrer en Russie, le voici donc au chevet de son père détesté. Celui-ci le supplie de chercher à savoir ce qui est arrivé à Klara, la mère de Rubin, arrêtée en 1950 en pleine nuit et en pleine période stalinienne, sous les yeux terrifiés de son mari et de son petit garçon. Et comme si cela n’était pas suffisamment déstabilisant, l’arrestation et la disparition de cette géologue de haut vol jettent sur la famille, suspectée d’être antirévolutionnaire, un voile d’infamie qui ne se lèvera pas avant de longues et cruelles années.
Trois générations, trois destins, dont seul celui de Iouri semble porteur d’espoir. Klara, victime de l’Histoire soviétique, son fils Rubin aux prises avec un sentiment d’abandon ingérable et dont le seul amour sera la mer, incapable qu’il est d’aimer les humains, et Iouri qui porte le poids de ce passé et d’une enfance terriblement malmenée. Les trois personnages ont en commun d’avoir beaucoup souffert et de s’être voués corps et âme à leur passion : la science, la pêche au chalut, l’ornithologie.
La mer, la nature et l’écologie, l’oppression des populations indigènes, les soubresauts de l’Histoire et leurs retombées sur l’intime, les relations filiales sont les thèmes qui traversent ce roman captivant. Avec une plume lumineuse et mélancolique, Isabelle Autissier nous invite à éclaircir le passé pour mieux construire l’avenir, et à n’oublier aucune des Klara de ce bas-monde.

En partenariat avec les Editions Stock via Netgalley.

Présentation par l’éditeur:

Mourmansk, au Nord du cercle polaire. Sur son lit d’hôpital, Rubin se sait condamné. Seule une énigme le maintient en vie : alors qu’il n’était qu’un enfant, Klara, sa mère, chercheuse scientifique à l’époque de Staline, a été arrêtée sous ses yeux. Qu’est-elle devenue ? L’absence de Klara, la blessure ressentie enfant ont fait de lui un homme rude. Avec lui-même. Avec son fils Iouri. Le père devient patron de chalutier, mutique. Le fils aura les oiseaux pour compagnon et la fuite pour horizon. Iouri s’exile en Amérique, tournant la page d’une enfance meurtrie.
Mais à l’appel de son père, Iouri, désormais adulte, répond présent : ne pas oublier Klara ! Lutter contre l’Histoire, lutter contre un silence. Quel est le secret de Klara ? Peut-on conjurer le passé ?
Dans son enquête, Iouri découvrira une vérité essentielle qui unit leurs destins. Oublier Klara est une magnifique aventure humaine, traversé par une nature sauvage.

#OublierKlara #NetGalleyFrance

Evaluation :

Voir aussi

Le reste est silence

Auteur: Carla Guelfenbein Editeur: Actes Sud (Babel) – 2013 (309 pages) Lu en septembre 2019 …

%d blogueurs aiment cette page :