lundi , 11 décembre 2017
Accueil / Etoiles / 3 étoiles / Poisson d’amour

Poisson d’amour

Auteur: Didier Van Cauwelaert

Editeur: Points – 2000 (186 pages)

Lu en 2014

poisson d'amourMon avis: Poisson d’amour, ça fait penser à « poisson d’avril ». L’amour serait-il une vaste blague, un canular d’une journée qu’on ferait miroiter aux yeux des merlans frits qui ne demandent qu’à y croire ?
Poisson dans son bocal ou piranha de l’Orénoque, le narrateur passe de l’un à l’autre malgré lui, par la grâce d’un coup de foudre dans une salle des ventes : Philippe, videur de salles de concert est harponné chez Drouot par Béatrice, visiteuse de prison-basketteuse, à moins que ce soit Béatrice qui se laisse prendre dans les filets de Philippe. On a vu plus vraisemblable, mais ça aurait rendu le roman ennuyeux.
Coup de foudre peut-être pas si spontané, peut-être un brin calculé, puisque l’une attend de l’autre qu’il l’aide à réaliser son rêve, et que l’autre espère que l’une le sorte de sa vie étriquée. Parce que, à y regarder de plus près, on voit que les deux sont prisonniers de leurs bocaux respectifs, de leurs familles, de leur inertie. Béatrice l’opportuniste embarque Philippe l’attentiste dans une aventure amazonienne et libératoire. Une parenthèse exotique, vivifiante et rocambolesque, mais une parenthèse néanmoins, qui fiche un peu le blues quand on la referme.
Un petit roman agréable, facile, léger sans être superficiel, excentrique, naïf, drôle et touchant. Une petite brise caribéenne dans le bocal d’eau grise du quotidien.

Présentation par l’éditeur:

Qui sait ce que nous réserve la vie ? Philippe, videur dans une salle de concerts, ne s’attendait sûrement pas à tomber amoureux lors d’une vente aux enchères à l’hôtel Drouot. Et pourtant le regard échangé avec Béatrice est sans équivoque. La vie aux côtés de cette jeune basketteuse et visiteuse de prison un peu farfelue sera gaie, excentrique, et le mènera loin… peut-être jusqu’à l’Amazonie…

Evaluation :

Voir aussi

Le monde du bout du monde

Auteur: Luis Sepúlveda Editeur: Métailié – 2005 (140 pages) Lu en octobre 2017 Mon avis: Ca …