jeudi , 22 octobre 2020

Quatre idiots en Syrie

Auteur: Christophe Donner

Editeur: Grasset – 6 novembre 2019 (139 pages)

Lu en décembre 2019

Mon avis: [histoire vraie] Il était une fois, dans un passé très très proche, quatre Français un peu connus (deux écrivains, un photographe et un vidéaste), invités en Syrie à l’occasion du Festival du Cheval. Enthousiasmés à l’idée de pouvoir se rendre dans un pays dévasté par la guerre et donc peu accessible aux touristes, et d’y assister à des courses de pur-sang arabes, ils acceptèrent sans trop se poser de questions. Pourquoi eux, pourquoi en Syrie ? Ils ne s’en préoccupèrent guère. Arrivés à Damas, ils furent accueillis par leur guide-chaperon, Adnan Azzam, fervent partisan de la clique à Bachar et accessoirement cabot hors catégorie. Celui-ci tenta en effet de faire croire que l’un des quatre mousquetaires, Jean-Louis Gouraud, était le petit-fils du général Gouraud (lequel n’a pourtant jamais eu d’enfant), haut Commissaire de la République en Syrie lors du mandat français (1920-1946), et à ce titre fort peu apprécié (euphémisme) des Syriens. Mais ce brave clown d’Adnan n’en eut cure et thésaurisa sur la famille Gouraud pour convaincre ses compatriotes que le petit-fils revenait sur les pas de son grand-père pour enfin présenter les excuses de la France et réconcilier les peuples, Adnan s’attribuant au passage le mérite et le prestige d’une revanche aussi éclatante. Las, les services de renseignement syriens flairèrent l’arnaque et l’espionnage potentiel. La bénigne approximation initiale menaça alors de se transformer en imposture sulfureuse… Mais que l’on se rassure dans les chaumières, les quatre compères rentrèrent sains et saufs en France, heureux d’avoir voyagé aux frais de la princesse (ou plutôt du président El Assad), et de s’être vus chargés d’une mission par Adnan, le bouffon du roi (ou plutôt du susnommé) : “Mais vous savez, quand j’envoie l’ascenseur avec plein de bonnes choses à l’intérieur, j’aime bien que lorsque l’ascenseur me revient, il y ait aussi de bonnes choses à l’intérieur. […] Je veux parler de ce que vous allez écrire dans vos journaux. Parce que moi je fais ça pour la paix, pour expliquer au monde que la Syrie n’est pas comme on le dit en France. La Syrie est un pays libre. Et j’espère que vous l’avez compris et que vous allez l’écrire“. Ils comprirent alors le pourquoi du comment et réalisèrent qu’ils avaient été utilisés comme “idiots utiles” à la propagande du régime par ce cher Adnan. Et l’un d’eux décida alors d’écrire, non pas dans un journal, mais dans un livre, le récit de cet voyage improbable et surréaliste. Il le fit avec lucidité et auto-dérision, mettant sous les feux de la rampe le véritable idiot de ce jeu de (pas si) dupes.
Très court et facile à lire, un récit en forme de farce mais qui ne fait rire qu’à moitié, tant est consternante l’ampleur de la bêtise humaine.

En partenariat avec les Editions Grasset via Netgalley.
QuatreidiotsenSyrie#NetGalleyFrance

Présentation par l’éditeur: 

Ils sont quatre, comme les Dalton. Quatre Français, un vidéaste, un photographe et deux écrivains, invités par un improbable « Festival du cheval » à Damas, en Syrie. Ils sont tellement flattés d’être parmi les rares Français à pouvoir fouler le sol de cette patrie ravagée par la guerre depuis huit ans, qu’ils sont prêts à tout pour assouvir leur passion du cheval. Prêts à ce qu’on les fasse passer pour ce qu’ils ne sont pas. Prêts à rencontrer les dignitaires locaux et avaler leurs discours patriotiques d’un autre temps. Prêts aussi à se laisser corrompre par le régime de Bachar el-Assad et à servir d’”idiots utiles”, comme au bon vieux temps de Staline, Mao et autres Castro ? Là, ça coince un peu. Mais ils se croient protégés par l’ironie, par l’amour du cheval, ils ont la curiosité en guise de passeport, avec le visa inattaquable de l’impartialité. La réalité du pays va les entraîner dans un mensonge des plus loufoques au cours duquel la question se pose : est-ce qu’on a bien fait d’aller en Syrie ? Certainement pas… sauf si l’un des branquignols rapporte de ce voyage supposé servir la propagande du régime une sotie parfaitement incorrecte qui montre que le roi est nu…

Une citation:

[…] Notre-Dame a brûlé toute la nuit, la flèche s’est effondrée en direct et en mondiovision, la moitié du toit écroulée. Mais Notre-Dame sera bientôt reconstruite, c’est promis: en deux heures, miracle à la française, près d’un milliard d’euros défiscalisés se retrouvent sur la table… à ce rythme, il faudrait à peine trois semaines pour reconstruire la Syrie. 

Evaluation :

Voir aussi

Une farouche liberté

Auteur: Gisèle Halimi avec Annick Cojean Éditeur: Grasset – 19 août 2020 (90 pages) Lu …

%d blogueurs aiment cette page :