dimanche , 22 octobre 2017
Accueil / Etoiles / 3 étoiles / Réveiller les lions

Réveiller les lions

Auteur: Ayelet Gundar-Goshen

Editeur: Presses de la Cité – 2017 (416 pages)

Lu en septembre 2017

Mon avis: Le Dr Ethan Green, brillant neurochirurgien israélien, a tout pour être heureux : une femme aimante, deux petits garçons adorables, un travail gratifiant, une belle maison. Et un beau gros 4×4, tellement incongru sur le bitume de sa banlieue, que par une belle nuit de pleine lune, il décide d’aller le faire rugir dans les dunes du désert aux portes de la ville. Mauvaise idée. Il percute un homme, qui meurt sous ses yeux. Le Dr Green prend la fuite, sans se rendre compte que la femme de la victime a assisté à l’accident. Elle le retrouve, découvre qui il est, ce qu’il est et ce qu’il possède, et comprend très vite que le meilleur moyen de le faire chanter n’est pas de lui réclamer de l’argent. Green, qui comprend tout aussi rapidement qu’il risque de tout perdre s’il refuse, se voit entraîné dans le monde très précaire des migrants clandestins africains et de ses annexes que sont les trafics en tous genres, les violences envers les femmes et la traite d’êtres humains. Les rôles basculent : lui qui jusque là maîtrisait sa vie est désormais soumis au bon vouloir de Sirkitt, la veuve, jeune et belle Erythréenne, qui pour la première fois de son existence se trouve en position dominante et non plus dans celle de la femelle objet ou esclave. Embarqué malgré lui dans une vie parallèle dissimulée sous des mensonges de moins en moins crédibles, Ethan risque tout, travail, famille, liberté, d’autant que sa femme, policière, est chargée de l’enquête sur le mort retrouvé dans le désert. Sirkitt, quant à elle, gagne sur tous les terrains. Une relation trouble se noue entre eux, faite de haine, d’instrumentalisation, de culpabilité, de sens du devoir et de désirs inavoués. Jusqu’au moment où l’étau se resserre sur eux et où tout bascule à nouveau pour rentrer dans un certain ordre des choses.

« Etre né quelque part, pour celui qui est né, c’est toujours un hasard…
Est-ce que les gens naissent égaux en droits
A l’endroit où ils naissent… »

Injustice du lieu de naissance, certains dans un pays aisé, d’autres dans un pays en guerre ou en famine. Les premiers s’empressent de rester dans leur pays de cocagne, les autres n’ont de cesse de partir vers celui-ci, à quel prix, et sans être payés de retour. Sirkitt y a cru, y croit peut-être encore dans ce roman désabusé et dérangeant. La scène finale est criante de fatalité et de désespoir résigné pour les uns, de soulagement honteux pour les autres.
Si ce livre, centré sur le sort des migrants clandestins, est animé d’un certain suspense, il n’en est pas trépidant pour autant. Un autre thème occupe une place importante, celui de la confiance et la loyauté dans un couple, qui donne lieu à des monologues intérieurs un peu trop longs et répétitifs. Un couple peut-il survivre et se rebâtir sur un mensonge ? Les doutes, la mauvaise conscience en auront-ils raison un jour ? Peut-on être sûr qu’après avoir réveillé un lion, ou plutôt une lionne, celle-ci se rendormira en oubliant à jamais ce qui l’avait tirée de son sommeil ?

En partenariat avec les éditions Presses de la Cité, via le réseau NetGalley.

Présentation par l’éditeur:

« L’homme, il le percute précisément au moment où il songe que c’est la plus belle lune qu’il a vue de sa vie. »

Le Dr Ethan Green est un homme bien. Il sauve des vies. Il aime sa femme. Il adore ses deux petits garçons. Le Dr Ethan Green a de la chance : il est né du bon côté. Cette nuit-là, pourtant, le neurochirurgien prend la fuite après avoir percuté un homme sur une route, dans le désert. Le lendemain, la femme de la victime se présente à la villa du médecin : elle a tout vu. Sirkitt, qui partage une caravane avec d’autres clandestins soudanais ou érythréens, découvre un monde de confort. Cependant, ce qu’elle exige d’Ethan en échange de son silence ne se quantifie pas en argent… Alors que l’enquête sur le chauffard est confiée à son épouse, inspecteur de police, Ethan Green s’engouffre dans la mécanique de la double vie, sur fond de trafics, de violences – et de désirs inavouables. 
Après « Une nuit, Markovitch », l’espoir de la littérature israélienne revient avec un thriller humanitaire qui plonge le lecteur au coeur d’un monde méconnu. Concerto pour trois voix capiteux et tendu, « Réveiller les lions » fait jaillir un chant âpre et sombre mais irradié d’empathie, qui en dit autant sur les failles d’un pays que sur celles d’un couple – un roman dérangeant et engagé qui en dit moins sur ce qui oppose les hommes que sur ce qui les lie.

Une citation:

Emigrer, c’est passer d’un endroit à un autre, avec, attaché à ta cheville comme un boulet d’acier, le lieu que tu as quitté. Voilà pourquoi il est si difficile d’émigrer: marcher à travers le monde en ayant les pieds entravés par un pays tout entier, c’est quelque chose qu’il faut être capable de supporter.

Evaluation :

Voir aussi

La reine Isabel chantait des chansons d’amour

Auteur: Hernán Rivera Letelier Editeur: Métailié (Suites) – 2015 (208 pages) Prix de littérature du …

Un commentaire

  1. Un sujet très prenant malgré tes petites réticences. À lire donc !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *