vendredi , 30 septembre 2022

Stardust

Auteure: Léonora Miano

Editeur: Grasset – 31 août 2022 (220 pages)

Lu en août 2022

Mon avis: Sous son autre prénom (Louise), Léonora Miano nous livre le récit d’une période particulièrement difficile de sa vie, à savoir les quelques mois qu’elle a passés, alors qu’elle avait 23 ans et un enfant en bas-âge, dans un centre de réinsertion et d’hébergement d’urgence (CHRS) à Paris.
Arrivée légalement quelques années plus tôt en France pour y faire des études, la jeune Camerounaise tombe amoureuse, s’installe avec son compagnon, mais leur situation financière est précaire, ils ne peuvent plus payer leur loyer, et enchaînent les séjours dans les hôtels et pensions minables. Louise n’ayant plus de résidence officielle, elle ne peut renouveler son titre de séjour, et se retrouve sans papiers, avec un bébé sur les bras et un compagnon qui s’avère être un lâche boulet, et qu’elle finit d’ailleurs par quitter.
Louise n’est pas expulsable, sa fille ayant la nationalité française, mais sa situation n’est pas brillante : seule, sans ressources, sans domicile, sans papiers, elle parvient à obtenir de l’aide sociale au lance-pierres, mais cela suffit à peine à payer une chambre chez un marchand de sommeil. Enfin, après un parcours du combattant dans les méandres administratifs, elle obtient une place dans un foyer pour femmes, un peu de répit pour Louise et sa fille, qui ne doivent plus se soucier (temporairement) de se loger et de se nourrir. Mais le centre n’est pas un palace, le personnel d’accueil fait ce qu’il peut avec les moyens du bord, c’est-à-dire pas grand-chose. Et surtout, personne n’a les moyens d’empêcher le désespoir d’y entrer en même temps que toutes ces femmes. La plupart sont coincées dans une situation administrative inextricable, sans possibilité (ou sans volonté) de présenter un projet de réinsertion qui les inclurait à nouveau dans la vie « visible ». Car toutes ces femmes, d’origine étrangère, sont des exclues de la société, tombées un jour, pour une raison ou une autre, dans une extrême précarité, enterrées vivantes dans un no woman’s land administratif, désespérées par le non accueil de ce pays qui ne tient pas les promesses qu’on leur a fait miroiter : « Toute nation se crée des mythes. Toute nation repose sur des fictions. Dans celles qu’on nous conte de la France, il n’y a pas d’exclusion sociale. Pas d’endroits où les marginaux sont entassés, refoulés. Dans la fable qui se transmet chez nous de génération en génération, l’hiver est froid, mais il ne l’est que pour permettre le port de vêtements élégants. Manteaux. Écharpes. Bottes. On ne dit pas que ce froid est mortel pour ceux qui n’ont nulle part où aller. On ne sait rien d’eux. On ne dit rien des femmes qui échouent dans les CHRS ».
Dans ce purgatoire où il n’est pas question de sororité bienveillante, Louise reste à l’écart, sur ses gardes, ne se lie avec personne, se méfie de tout le monde. « Il n’y a pas de sororité chez les écartées. Les brebis égarées. Ces filles sont des lames aiguisées qui cherchent quelque chose à tailler en pièces. Elles sont lucides sur leur état. Savent être des mises en lambeaux, des désagrégées, des émiettées du dedans. Elles ont envie de casser tout ce qui leur semble entier. Envie de massacrer tout ce qui leur ressemble. Ce désir-là est le plus courant et le plus puissant. C’est comme briser le miroir qui vous renvoie une image dégradée ». Sa fille est son seul moteur, Louise veut reprendre des études, travailler pour les faire vivre toutes les deux.

Il aura fallu plus de 20 ans à Eleonora Miano pour publier ce texte, elle s’en explique dans une préface touchante de lucidité et de sincérité. Elle laisse aussi entendre que tout ne s’est pas arrangé à sa sortie du centre d’un coup de baguette magique, et que les galères ont encore été nombreuses par la suite.
Au travers de son histoire personnelle, elle braque la lumière sur les promesses déçues de la migration et sur un aspect peu reluisant de nos sociétés, coupables d’abandonner à leur sort des êtres humains précarisés, et qui s’en dédouanent avec quelques ridicules sparadraps socio-administratifs sur des bataillons de jambes de bois. Un livre nécessaire.

En partenariat avec les Éditions Grasset via Netgalley.

#Stardust #NetGalleyFrance

Présentation par l’éditeur:

« Lasse de l’errance en couple, elle avait préféré se débrouiller seule. Impossible de rester auprès d’un garçon qui ne parvenait pas à devenir un homme. En une fraction de seconde, elle avait décidé de sauter sans filet. C’était le seul moyen d’empêcher la haine de s’installer là où il n’y avait déjà plus de respect. Elle avait emmené Bliss, serrant contre son cœur la plus belle part de lui. Alors qu’un soleil pâle s’apprêtait à trouer les nuages, Louise avait dit : Je pars avec la petite. Pas un mot de plus. »

Écrit il y a plus de vingt ans, ce roman relate la période au cours de laquelle Léonora Miano, jeune mère de 23 ans sans domicile ni titre de séjour, fut accueillie avec sa fille dans un centre de réinsertion et d’hébergement d’urgence du 19e arrondissement de Paris. C’est en fréquentant la rudesse de ses marges qu’elle a le plus intimement connu la France…

Evaluation :

Voir aussi

Le lâche

Auteur: Jarred McGinnis Editeur: Métailié – 19 août 2022 (352 pages) Lu en août 2022 …

2 commentaires

  1. Dans ma pile, hâte de le lire

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :