dimanche , 22 septembre 2019
Accueil / Etoiles / 4 étoiles / Sukkwan Island

Sukkwan Island

Auteur: David Vann

Editeur: Gallmeister – 2010 (208 pages)

Prix Médicis Etranger 2010

Lu en 2013

sukkwan islandMon avis: Into the wild. C’est à ce film que j’ai pensé après quelques pages.
L’Alaska, l’idéal romantique du retour à la nature, dans le dénuement, au milieu de nulle part dans un environnement inhospitalier, le détachement d’avec le monde « civilisé ». Ce n’est pas un grand spoiler que de révéler que, comme dans Into the wild, ça finira mal.
Reprenons au début. Jim a raté beaucoup de choses dans sa vie (son mariage, sa carrière, ses relations sociales et ses déclarations d’impôt). Il décide de repartir du bon pied et s’achète une cabane sur une île isolée d’Alaska. Il convainc son fils de 13 ans, Roy, d’y vivre avec lui pendant un an.
Oui mais…
…mais Jim ne connaît pas vraiment son fils, qu’il n’a pas vu grandir, et les retrouvailles sont loin d’être évidentes…
…mais Roy a accepté davantage pour faire plaisir à son père que parce qu’il en a réellement envie…
…mais Jim a moins d’esprit pratique et de sens des réalités qu’un boy-scout partant camper un week-end dans les forêts ardennaises…
…mais Roy ne s’attendait pas à devoir encaisser l’humeur changeante de son père, euphorique le jour et pleurnichard la nuit…
…mais Jim ne s’était pas rendu compte de sa propre incapacité catastrophique à gérer leur survie à tous les deux…
…mais Roy ne s’imaginait pas devoir grandir aussi vite…
…et aucun des deux n’aurait cru qu’un coup fusil changerait leur destin à jamais…
Amateurs de romans sombres, d’ambiances malsaines voire glauques, de tension à couper au couteau, de sensations de fatalité et de gâchis absurde mais dramatique, ceci est pour vous.
Si vous avez le cafard ou si vous n’aimez que les happy ends, évitez Sukkwan Island, vous ne vous en remettriez pas.

Présentation par l’éditeur:

Une île sauvage du Sud de l’Alaska, accessible uniquement par bateau ou par hydravion, tout en forêts humides et montagnes escarpées. C’est dans ce décor que Jim décide d’emmener son fils de treize ans pour y vivre dans une cabane isolée, une année durant. Après une succession d’échecs personnels, il voit là l’occasion de prendre un nouveau départ et de renouer avec ce garçon qu’il connaît si mal. La rigueur de cette vie et les défaillances du père ne tardent pas à transformer ce séjour en cauchemar, et la situation devient vite incontrôlable. Jusqu’au drame violent et imprévisible qui scellera leur destin.

Evaluation :

Voir aussi

Le dernier grenadier du monde

Auteur: Bakhtiar Ali Editeur: Métailié – 29 août 2019 (320 pages) Prix Nelly Sachs 2017 …

3 commentaires

  1. Avatar

    Beaucoup entendu parler mais jamais eu envie de le lire. Pourquoi ? Dès le départ, je n’ai pas cru à cette situation…

  2. Avatar

    J’hésite encore pour cette histoire surtout à cause du père, pas envie de lire un looser mais la nature m’attire

%d blogueurs aiment cette page :