samedi , 22 septembre 2018
Accueil / Etoiles / 4 étoiles / Taqawan

Taqawan

Auteur: Eric Plamondon

Editeur: Quidam – 2018 (220 pages)

Lu en juin 2018

Mon avis: « Ici, on a tous du sang indien et quand ce n’est pas dans les veines, c’est sur les mains ».

Tabarnak, quel crève-coeur, cette histoire…

Le 11 juin 1981, les Indiens Mi’gmaq de la réserve de Restigouche en Gaspésie subissent un raid brutal de 300 policiers de la Sûreté du Québec, qui ont ordre de confisquer leurs filets de pêche. L’opération déclenche une émeute, qui elle-même provoque une répression policière disproportionnée, et une crise politique. Parce qu’il ne s’agit pas seulement d’imposer des quotas de pêche de saumon aux Indiens, mais surtout, pour le Premier Ministre du Québec, de « faire chier Ottawa ». En effet, si la pêche est une compétence gérée par la province, les réserves indiennes relèvent, quant à elles, du gouvernement fédéral canadien. S’en prendre aux droits de pêche des Indiens revient donc à empiéter sur un territoire et une compétence qui sont la chasse gardée du fédéral, et à rappeler ainsi les velléités souverainistes du Québec.
C’est au coeur de ce pan d’Histoire (authentique) que se retrouvent coincés les personnages (fictifs) d’Eric Plamondon : Océane, une jeune Mi’gmaq de 15 ans qui disparaît le jour du raid et est retrouvée par hasard quelques jours plus tard, blessée et prostrée, par un agent de la faune qui vient de démissionner, écoeuré par la violence gratuite des policiers lors de ce même raid. Il recueille la jeune fille dans sa cabane et tente de la remettre sur pieds avec l’aide d’une institutrice française en stage dans la région, et un Indien mi’gmaq qui vit à l’écart de la tribu. Les quatre protagonistes auront bien du mal à échapper à la vengeance des agresseurs d’Océane, imbus de leur supériorité d’hommes blancs et de leur impunité.
Pour comprendre l’origine de cette violence, l’auteur, tel un saumon qui revient dans sa rivière natale (un taqawan, en langue mi’gmaq), remonte le fil de l’Histoire sur quelques siècles, jusqu’aux conflits de territoire entre autochtones, colons anglais et colons français, qui ont abouti, peu ou prou, à ce gouvernement québécois un brin schizophrène, rêvant d’indépendance tout en privant sa population indienne de toute autonomie.

A la fois polar, roman historique et politique, document ethnographique émaillé de légendes indiennes, et parsemé, en fil rouge, d’informations sur la vie des saumons, ce récit très riche parle de colons et d’autochtones, d’Anglais et de Français, de minorités et de majorités, d’indépendance et de mise sous tutelle, de l’Humain pour ou contre la Nature, de l’Humain pour ou contre l’Humain.
Taqawan est un roman très rythmé, à la construction éclatée mais facile à suivre, un texte ambitieux et intense qui marque par des personnages touchants d’humanité et une Histoire criante d’injustice.

Présentation par l’éditeur:

« Ici, on a tous du sang indien et quand ce n’est pas dans les veines, c’est sur les mains. »
Le 11 juin 1981, trois cents policiers de la sûreté du Québec débarquent sur la réserve de Restigouche pour s’emparer des filets des Indiens mig’maq. Emeutes, répression et crise d’ampleur : le pays découvre son angle mort.
Une adolescente en révolte disparaît, un agent de la faune démissionne, un vieil Indien sort du bois et une jeune enseignante française découvre l’immensité d’un territoire et toutes ses contradictions. Comme le saumon devenu taqawan remonte la rivière vers son origine, il faut aller à la source…
Histoire de luttes et de pêche, d’amour tout autant que de meurtres et de rêves brisés, Taqawan se nourrit de légendes comme de réalités, du passé et du présent, celui notamment d’un peuple millénaire bafoué dans ses droits.

Evaluation :

Voir aussi

Les boîtes en carton

Auteur: Tom Lanoye Editeur: Editions de La Différence – 2013 (191 pages) Lu en août …

%d blogueurs aiment cette page :