lundi , 11 décembre 2017
Accueil / Etoiles / 4 étoiles / C’est le coeur qui lâche en dernier

C’est le coeur qui lâche en dernier

Auteur: Margaret Atwood

Editeur: Robert Laffont – 2017 (450 pages)

Lu en août 2017

Mon avis: Liberté ou sécurité ? Un binôme antinomique terriblement d’actualité depuis le 11 Septembre 2001 jusqu’à pas plus tard qu’hier, 17 août 2017 à Barcelone.

Il n’est pas question de terrorisme islamiste dans le dernier roman dystopique de Margaret Atwood, mais le dilemme susmentionné transparaît néanmoins à toutes les pages.

Enfin, dilemme… Disons que pour Charmaine et Stan, jeune couple américain frappé par la crise économique et obligé de (sur)vivre dans sa voiture, à la merci de bandes de pillards omniprésentes, le choix de la sécurité l’a bien vite emporté. Après avoir vu un spot publicitaire vantant le bonheur garanti du mystérieux programme « Consilience », les deux tourtereaux se renseignent vaguement et, à l’idée d’un boulot et d’une maison tranquilles, signent leur adhésion – à vie – sans trop se poser de questions. Le fameux Programme consiste, pour ses heureux élus, à vivre alternativement un mois dans une jolie maison toute équipée dans la jolie ville de Consilience, et le mois suivant dans la belle prison de la belle ville-jumelle de Positron, dans les deux cas en exerçant un emploi utile à la communauté. Etant entendu que lorsque quelqu’un est en prison, sa maison est occupée par son « alternant », et vice-versa, et idem pour les couples. Etant entendu également que lors de chaque chassé-croisé mensuel, tout est fait pour éviter (en principe) que les uns et les autres rencontrent leurs alternants.

En principe. Parce que c’est évidemment là que la belle mécanique se grippe, lorsque Stan se met à fantasmer sur son alternante.

A partir de là, le roman part dans tous les sens, multipliant les rebondissements, du plus loufoque au plus glaçant : trafic d’organes, robots sexuels sophistiqués, conditionnement cérébral, sosies d’Elvis et de Marilyn, le tout culminant dans une tentative d’évasion des plus improbables. Plus globalement, ce roman dérangeant, à tout le moins interpellant, montre l’exploitation de la peur et de la pauvreté par un capitalisme dont les dérives sont proportionnelles à l’avidité pour la rentabilité et le profit. A ce jeu-là, l’intimité et la personnalité de l’être humain sont loin d’être épargnées : la sexualité n’échappe pas non plus aux exigences de docilité, de perfection et de productivité.

Un roman dense et acéré qui, sous des dehors de farce futuriste et jubilatoire, fait rire jaune et laisse penser qu’il n’est peut-être plus aussi dystopique qu’on voudrait le croire.

En partenariat avec les éditions Robert Laffont, via le réseau NetGalley.

Présentation par l’éditeur:

Stan et Charmaine ont été touchés de plein fouet par la crise économique qui consume les États-Unis. Tous deux survivent grâce aux maigres pourboires que gagne Charmaine dans un bar sordide et se voient contraints de loger dans leur voiture… Aussi, lorsqu’ils découvrent à la télévision une publicité pour une ville qui leur promet un toit au-dessus de leurs têtes, ils signent sans réfléchir : ils n’ont plus rien à perdre.
À Consilience, chacun a un travail, avec la satisfaction d’oeuvrer pour la communauté, et une maison. Un mois sur deux. Le reste du temps, les habitants le passent en prison… où ils sont également logés et nourris ! Le bonheur. Mais le système veut que pendant leur absence, un autre couple s’installe chez eux avant d’être incarcéré à son tour. Et Stan tombe bientôt sur un mot qui va le rendre fou de désir pour celle qui se glisse entre ses draps quand lui n’y est pas : « Je suis affamée de toi. »
Avec « C’est le coeur qui lâche en dernier », Margaret Atwood nous livre un roman aussi hilarant qu’inquiétant, une implacable satire de nos vices et travers qui nous enferment dans de viles obsessions quand le monde entier est en passe de disparaître.

Evaluation :

Voir aussi

Le monde du bout du monde

Auteur: Luis Sepúlveda Editeur: Métailié – 2005 (140 pages) Lu en octobre 2017 Mon avis: Ca …