lundi , 22 juillet 2024

Le pays du diable

Auteure: Perla Suez

Editeur: L’Atinoir – 9 septembre 2022 (150 pages)

Lu en octobre 2022

Mon avis: Vers 1880, l’armée argentine s’est donné pour mission de conquérir le sud de la Pampa et la Patagonie orientale, un ensemble de territoires désertiques appartenant jusque là aux Indiens autochtones de la nation Mapuche. Certains ont qualifié cette « Conquête » ou « Campagne du désert » de génocide, ni plus ni moins.
« Le pays du diable » raconte un épisode (fictif mais plausible) de cette sale guerre.
Lum Hué est une jeune métisse de 14 ans, qui vient de recevoir, après une cérémonie rituelle, ses nouveaux pouvoirs de guérisseuse chamanique. Alors qu’elle se repose, seule, à l’écart de son village, un petit groupe de soldats déboule et massacre les habitants, détruisant tout sur son passage. Désormais seule au monde, Lum Hué se lance à leurs trousses, animée par un esprit de vengeance qui ne connaît pas le pardon.
Ce court roman est un western halluciné et fulgurant, une course poursuite échevelée à travers le désert patagonique, un voyage dont on comprend très vite qu’il ne peut mener qu’à la tragédie.
L’écriture est puissante, à la fois évocatrice et elliptique, sobre, sèche, tendue. Peu de mots sont nécessaires à l’auteure pour planter efficacement un contexte cruel, fait de folie, de mort, de violence destructrice, de spiritualité et de courage, de désespoir et de fatalité. Avec en toile de fond la défense d’une identité et d’une culture en perdition, et la question de savoir qui, en définitive, sont les « sauvages » et les « civilisés ».

Merci aux Editions L’Atinoir et à une opération Masse Critique de Babelio pour cette découverte très intéressante.

Présentation par l’éditeur:

« Le pays du diable raconte » un voyage hallucinant au cœur du désert et l’inévitable triomphe de la violence.

Avec sa prose sèche, sa capacité de narrer sans tomber dans les stéréotypes ni le manichéisme que la Patagonie a toujours fait et fait encore naître, Perla Suez reconstruit une odyssée où  interviennent la rancœur, le délire et la justice.

Les personnages de ce roman qui vivent entre courage et folie, sont dévorés par une obsession qui peut les pousser à se détruire.

Evaluation :

Voir aussi

Le navire obscur

Auteur: Sherko Fatah Editeur: Métailié – 2011 (352 pages) Lu en mai 2024 Mon avis: …