vendredi , 18 août 2017
Accueil / Etoiles / 4 étoiles / Une mère

Une mère

Auteur: Alejandro Palomas

Editeur: Le Cherche Midi – 2017 (320 pages)

Lu en avril 2017

Mon avis: Quand j’ai terminé ce roman, j’ai à nouveau regardé la couverture, et je me suis dit que c’était du Amalia tout craché. Ce visage de femme dont les yeux et le haut du crâne sont cachés par une couronne de fleurs flashy, c’est elle, cette mère de famille de 65 ans qui semble vivre dans un monde d’incongruités et d’innocence, indécrottable optimiste voyant la vie à travers un masque de roses et de violettes, comme si derrière ces oeillères elle refusait de voir le monde réel, bien plus dur.
Comme ce soir de 31 décembre, où elle est excitée comme une gamine à l’idée de réunir enfin la famille au complet. A savoir ses trois enfants : Fer (pour Fernando), Silvia (sans son compagnon, mais c’est chaque année pareil) et Emma (avec sa compagne Olga) ; son frère, l’oncle Eduardo (sorte de Don Juan noceur et fort en gueule), et deux chiens improbables : Max, l’énorme dogue allemand de Fer, et Shirley (comme Shirley McLaine), minuscule gremlin sur quatre pattes.
C’est à travers les yeux de Fer qu’on découvre l’histoire et les relations des membres de la famille, et leur façon plus ou moins maladroite de (ne pas) communiquer. On comprend qu’Amalia, divorcée depuis trois ans d’un mari odieux qui prenait son pied en rabaissant sa femme et en escroquant tout le monde, a découvert, à 60 ans passés, la liberté, y compris celle de faire toutes les conneries du dictionnaire, comme souscrire cinq abonnements internet sans avoir d’ordinateur, ou héberger une « mendiante » trouvée en bas de chez elle. Ingénue, gaffeuse, naïve, généreuse, fantaisiste et inconsciente, elle fait tourner ses enfants en bourriques, renversant les rôles et se faisant materner par eux. Surtout par Silvia, auto-promue chef de famille et Madame « je-répare-les-bêtises-de-ma-mère ». Autant dire qu’elle, la maniaque du contrôle et de l’hygiène est (parfois) (légèrement) exaspérée.
Et il n’y a pas de raison pour que ce soit différent ce soir, réveillon ou pas. Chacun arrive à table avec ses secrets, ses souffrances, et la carapace qu’il s’est forgée pour y faire face et éviter la douleur au maximum. Fer le sait bien, et pressent que cette soirée ne sera pas un long fleuve tranquille, n’importe qui pouvant imploser à n’importe quel moment.
Tout cela pourrait n’être qu’une comédie familiale grinçante, mais c’est sans compter la complexité du personnage d’Amalia. Car elle cache bien son jeu, cette candide loufoque. Jusqu’au chapitre 20, où elle se révèle dans son meilleur rôle, celui de mère. Une mère, qui fonctionne aux tripes et à l’instinct, presque animale, qui berce son enfant fragile, le sauve malgré lui et l’aide à guérir. Tout ce qui s’est dit jusque là prend alors une autre dimension et l’histoire gagne en profondeur. On comprend que le vrai, le seul pilier de cette famille, c’est Amalia, malgré ses fragilités et avec son excentricité.

Eclats de rire, larmes, tendresse, ironie, des personnages attachants, un style fluide et agréable et un auteur qui a un sens certain du suspense, « Une mère » est un bouquet de sentiments, coloré et qui fleure bon le plaisir de lire.

Merci aux éditions du Cherche Midi et à Masse Critique de Babelio pour cette jolie découverte.

Présentation par l’éditeur:

Barcelone, 31 décembre. Amalia et son fils Fernando s’affairent en attendant leurs invités. En ce dîner de la Saint-Sylvestre, Amalia, 65 ans, va enfin réunir ceux qu’elle aime. Ses deux filles, Silvia et Emma; Olga, la compagne d’Emma, et l’oncle Eduardo, tous seront là cette année. Un septième couvert est dressé, celui des absents.

Chacun semble arriver avec beaucoup à dire, ou, au contraire, tout à cacher. Parviendront-ils à passer un dîner sans remous ?

Entre excitation, tendresse et frictions, rien ne se passera comme prévu.

Evaluation :

Voir aussi

Le collier rouge

Auteur: Jean-Christophe Rufin Editeur: Gallimard – 2014 (160 pages) Lu en juillet 2017 Mon avis: Eté …

2 commentaires

  1. Une très beau thème, une femme solide qui maintient son amour envers sa famille, bien caché sous des apparences. Une belle découverte. Merci !