dimanche , 22 octobre 2017
Accueil / Etoiles / 2 étoiles / En attendant Godot

En attendant Godot

Auteur: Samuel Beckett (prix Nobel de littérature 1969)

Editeur: Editions de Minuit – 1952 (124 pages)

Lu en 2014

en attendant godotMon avis: Ceci n’est pas un extrait de la pièce. Ceux qui l’ont lu comprendront (ou pas), les autres devront attendre avec Vladimir et Estragon.
A : C’est l’histoire de deux types qui attendent près d’un arbre, au bord d’une route, le soir.
B : Ils attendent quoi ?
A : Non, pas « quoi », « qui ».
B : Et c’est quoi, « qui » ?
A : (s’impatiente) Non, pas « quoi », « qui » ! Combien de fois faut-il te le répéter ?
B : Je ne sais pas.
A : Tu ne sais pas quoi ?
B : Combien de fois… (Il réfléchit) …Mais n’était-ce pas toi qui disais « pas ‘quoi’, ‘qui’ » ?
A : Aah enfin aurais-tu compris ?
B : Compris quoi qui ?
A : Qui on attend ?
B : Non. (Fâché) Tu m’embrouilles à la fin !
A : On attend Godot.
B : Aah…Celui du titre ?
A : Voilà.
B : Et qui est Godot ?
A : Je ne sais pas. Un monsieur qui va nous sauver.
B : Et il vient aujourd’hui ?
A : Oui, sinon pourquoi on l’attendrait maintenant ?
B : Tu as raison. Alors nous sommes sauvés ! Mais ne devait-il pas déjà venir hier ?
A : Oui, mais on nous a dit qu’il viendrait ce soir.
B : Tu es sûr que ce soir, c’est bien aujourd’hui ? Ca pourrait aussi bien être demain, non ?
A : Non non, hier on nous a dit aujourd’hui, pas demain. De toute façon tous les jours se ressemblent. Et puis, as-tu mieux à faire qu’attendre ?
B : Non…j’ai attendu hier, je peux bien attendre aujourd’hui.
A : Voila qui est bien raisonné.
B : Et que fait-on en attendant ?
A : Eh bien tu vois… on s’occupe, on discute.
B : Ce n’est guère amusant. Si on se pendait ? Il faut bien que cet arbre serve à quelque chose !
A : C’est une bonne idée. Tu as une corde ?
B : Non, pourquoi ?
A : Parce que « le temps est long, dans ces conditions, et nous pousse à le meubler d’agissements qui, comment dire, qui peuvent à première vue nous paraître raisonnables, mais dont nous avons l’habitude. Tu me diras que c’est pour empêcher notre raison de sombrer ».
B : On ne se débrouille pas trop mal, hein, tous les deux ensemble ? « On trouve toujours quelque chose, hein, pour nous donner l’impression d’exister ? »
A : « Mais oui, mais oui, on est des magiciens ».
B : C’est certain. Il faut du talent pour meubler le vide avec du vide…
A : …pour parler aussi longtemps pour ne rien dire…
B : …pour se persuader qu’on est toujours vivant…
A : Quel ennui…c’est à n’y rien comprendre…
B : Que fait-on ici ?
A : « Voilà ce qu’il faut se demander. Nous avons la chance de le savoir. Oui, dans cette immense confusion, une seule chose est claire : nous attendons que Godot vienne. »

Vous n’avez rien compris ? Normal, il n’y a rien à comprendre. Métaphore du vide, de la vanité de l’existence, absurdité de l’absurde ? Peut-être, mais Beckett lui-même disait qu’il n’avait pas eu l’intention de donner un sens caché à sa pièce. Pirouette d’auteur ? Allez savoir…
Le mot de la fin à Estragon : « Nous naissons tous fous. Quelques-uns le demeurent ».

Présentation par l’éditeur:

L’attente comprend deux phases, l’ennui et l’angoisse. La pièce comprend donc deux actes, l’un grotesque, l’autre grave.

Préoccupé de peu de choses hormis ses chaussures, la perspective de se pendre au seul arbre qui rompt la monotonie du paysage et Vladimir, son compagnon d’infortune, Estragon attend. Il attend Godot comme un sauveur. Mais pas plus que Vladimir, il ne connaît Godot. Aucun ne sait au juste de quoi ce mystérieux personnage doit les sauver, si ce n’est peut-être, justement, de l’horrible attente. Liés par un étrange rapport de force et de tendresse, ils se haranguent l’un et l’autre et s’affublent de surnoms ridicules. Outre que ces diminutifs suggèrent que Godot pourrait bien être une synthèse qui ne se réalisera qu’au prix d’un anéantissement, Didi et Gogo portent en leur sein la répétition, tout comme le discours de Lucky, disque rayé qui figure le piétinement incessant auquel se réduit toute tentative de production de sens.

Cette pièce composée en 1952, quinze ans avant que Beckett ne soit couronné par le prix Nobel de littérature, est un tour de force qui démontre les profondeurs que peut atteindre un langage en apparence absurde.

Evaluation :

Voir aussi

Cadavre exquis

Auteur: Pénélope Bagieu Editeur: Folio – 2011 (128 pages) Lu en juillet 2017 Mon avis: Zoé, …