vendredi , 18 août 2017
Accueil / Etoiles / 2 étoiles / La colère de Kurathi Amman

La colère de Kurathi Amman

Auteur: Meena Kandasamy

Editeur: Plon – 2017 (215 pages)

Lu en juillet 2017

Mon avis: Au centre de ce roman (au propre comme au figuré), le récit d’un fait réel, à savoir le massacre, le 25 décembre 1968, de 44 Dalits (intouchables ou « hors caste ») dans le village de Kilvenmani en Inde. 44 victimes oubliées de l’Histoire, hommes, femmes, enfants, brûlés vifs dans la maison dans laquelle ils croyaient avoir trouvé refuge. Ces villageois, paysans sans terre pauvres et exploités, avaient osé demander une augmentation de salaire aux riches propriétaires terriens dont ils cultivent les rizières. Leurs revendications répétées restant lettre morte, ils avaient décidé, soutenus par les militants du parti communiste, de se mettre en grève. Les représailles des propriétaires furent terribles et sont restées – aussi scandaleusement que prévisiblement – quasi impunies.

Je disais que le récit de cette tuerie est au centre du roman, non seulement parce qu’elle en est le sujet principal, mais aussi parce que, physiquement, il se trouve calé entre 40 premières pages de réflexions de l’auteure sur la construction (ou plutôt la « déconstruction post-moderne ») d’un roman, et un épilogue de 25 pages dans lequel elle interpelle le lecteur à la deuxième personne du singulier, l’imaginant partir lui-même en Inde vérifier les faits sur le terrain et interroger les survivants.
Dans les remerciements en fin d’ouvrage, l’auteure qualifie elle-même son texte d’ « agressif et un peu dingue ». Et en effet, ce récit à plusieurs voix (celles de l’auteure, des paysans, des propriétaires), placé sous les auspices de la colérique déesse Kurathi Amman, dégage une impression de colère et de rage, bien légitimes face à un massacre aussi abject, qui fut reconnu seulement du bout des lèvres par les autorités. Pensez donc, pourquoi se préoccuper de quelques intouchables communistes qui meurent, après tout ils n’avaient qu’à se contenter de travailler pour une misère ou de crever de faim… Cette histoire révoltante méritait évidemment d’être mise au jour, mais la répétition des mêmes faits relatés de différents points de vue est un peu lassante et accablante.
Et « un peu dingue », sans doute, dans la mesure où le récit n’est pas chronologique, est déconstruit, et parce qu’il faut un temps fou avant de pouvoir entrer dans l’histoire, vu les 40 pages de théorie littéraire assez indigestes et acides, dont je n’ai pas compris le sens ni l’intérêt.
Au final, un livre déroutant, à l’écriture exubérante, énergique, mordante, et qui malmène le lecteur. Un peu trop peut-être…

En partenariat avec les éditions Plon, via le réseau NetGalley.

Présentation par l’éditeur:

« Tu veux que je comprime la tragédie au format Twitter ? Comment peut-on se glisser ainsi au coeur des ténèbres ? » 
Comment transformer un drame en fiction ? Pourquoi écrire sur une tuerie qui a eu lieu il y a plus de quarante ans en Inde et sur ses quarante-quatre victimes oubliées par l’histoire ? 
À travers les voix aussi diverses que celles des intouchables ou des propriétaires terriens, l’auteur décrit ce massacre, se plaçant sous le patronage de l’irascible déesse Kurathi Amman. Au-delà de l’émotion et de la colère provoquée par ces faits, l’auteur pose la question de la fiction et de ses limites en n’hésitant pas à malmener son lecteur. Ce roman tendu, entre rage contenue, lyrisme et humour grinçant, nous donne un aperçu des forces qui ont contribué à la création de l’Inde moderne. 

Une citation: 

Tout le monde sait bien qu’un lieu n’a aucun intérêt tant qu’un homme blanc n’y a pas mis les pieds, ne s’est lié d’amitié avec les locaux, n’a goûté la cuisine traditionnelle, posé beaucoup de questions impertinentes, prit pléthore de notes dans son carnet Moleskine, et qu’il n’est pas rentré chez lui pour écrire sur le sujet.

Evaluation :

Voir aussi

Le collier rouge

Auteur: Jean-Christophe Rufin Editeur: Gallimard – 2014 (160 pages) Lu en juillet 2017 Mon avis: Eté …

Un commentaire

  1. Une lecture difficile à plus d’un titre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *