vendredi , 25 septembre 2020

La théorie des poignées de main

Auteur: Fabienne Betting

Éditeur: Les Escales – 18 juin 2020 (192 pages)

Lu en août 2020

Mon avis: Une poignée de main, un geste banal qui pourtant, depuis que nous en sommes au temps du corona, est complètement banni de nos habitudes, devenu tout à coup dangereux voire mortel.

La théorie des poignées de main, en plus de porter un nom qui éveille la nostalgie d’une époque où on ne sauvait pas des vies en se distançant des autres, a quelque chose de fascinant. Son autre nom est plus explicite : la théorie des six degrés de séparation : se dire que chacun de nous peut être relié à n’importe qui d’autre sur cette planète par l’intermédiaire d’une chaîne de six personnes au maximum (X qui connaît X1, qui connaît X2… jusqu’à X6, bref ce moment où l’on s’exclame “ça alors, le monde est petit !”), cela paraît improbable et farfelu. Et pourtant, cette théorie a fait l’objet d’études scientifiques des plus sérieuses.

Dans ce roman, Antoine Cavallero, étudiant en statistiques, est mis au défi de prouver que cette théorie, qu’il a choisie pour sujet de doctorat, se vérifie en pratique. Un éminent professeur, bouffi de morgue et de mépris, lui donne ainsi les nom, date et lieu de naissance d’un individu pris au hasard, et un délai de quelques mois pour qu’Antoine établisse une chaîne de cinq intermédiaires qui le relieront à cette sixième personne. Le jeune homme n’a pas d’autre choix que de relever le défi, et démarre donc un périple qui le mènera du Vietnam au fond de l’Italie, en passant par Atlanta, Los Angeles et Genève.

La théorie des poignées de main” est un roman bien sympathique, dans lequel une recherche purement scientifique se transforme progressivement en aventure humaine, voire en roman d’apprentissage. Les personnages sont un peu stéréotypés, les événements sont un peu prévisibles, on devine la fin et le style n’a rien de particulier, mais comme le dit l’auteure elle-même, ce roman “n’a d’autre prétention que de distraire ses lecteurs […], et j’espère qu’ils prendront plaisir à le lire, tout comme j’ai pris plaisir à l’écrire“. Le plaisir est pris, merci Mme Betting.

En partenariat avec les Editions Les Escales via Netgalley.
#LaThéoriedespoignéesdemain #NetGalleyFrance

Présentation par l’éditeur:

Antoine Cavallero, jeune étudiant en statistiques, a choisi pour son doctorat un sujet peu conventionnel : la Théorie des poignées de main, ou l’idée selon laquelle nous connaissons tous quelqu’un qui connaît quelqu’un qui connaît quelqu’un… pouvant nous relier à n’importe quel individu sur notre planète via six degrés de séparation. Mais ce séduisant postulat est-il exact ? C’est ce qu’Antoine s’est mis en tête de prouver.
Alors qu’il présente ses recherches à l’occasion d’un colloque, un grand professeur, irrité par son arrogance, le met au défi de mettre sa théorie en pratique. Antoine devra retrouver un individu choisi au hasard et démontrer que seules cinq personnes les séparent.
Piqué au vif, l’étudiant accepte et se lance à corps perdu dans un tour du monde fou et trépidant qui le mènera de Corfou à Bari en passant par Hô Chi Minh-Ville, Atlanta et Genève.

Evaluation :

Voir aussi

La Danse du Vilain

Auteur: Fiston Mwanza Mujila Éditeur: Métailié – 10 septembre 2020 (220 pages) Lu en septembre …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :