jeudi , 23 septembre 2021

L’appel du cacatoès noir

Auteur: John Danalis

Editeur: Marchialy – 2021 (330 pages)

Lu en juillet 2021

Mon avis: L’auteur, John Danalis, vient d’avoir 40 ans. Cet Australien, marié et père de deux petites filles, ne sait pas trop quoi faire de sa vie, et il se décide alors pour des études de littérature aborigène. Un jour en classe, pour se montrer intéressant, il raconte innocemment qu’il a passé son enfance avec un crâne aborigène trônant sur une étagère du salon, un crâne affectueusement surnommé Mary. Pendant qu’il parle, les yeux de ses condisciples s’ouvrent comme des soucoupes, et les protestations scandalisées ne tardent pas à fuser. C’est à ce moment précis que John prend tout à coup conscience qu’il est Blanc et que sa race ne représente qu’une partie de la population australienne, “l’Autre” partie étant constituée des Aborigènes, peuple natif colonisé, dépossédé, opprimé, violenté et en grande partie anéanti sauvagement par les Blancs au cours des siècles. John réalise aussi à ce moment que le crâne de Mary n’est pas qu’un objet de décoration original, mais qu’il n’est rien moins qu’une partie des restes d’un être humain que les siens n’ont pu récupérer ni enterrer comme il se doit. Débordant de honte et de culpabilité, John veut faire amende honorable et restituer le crâne au clan de Mary. Il se lance dans des recherches pour retrouver le lieu de naissance de Mary, passe des heures sur internet et au téléphone et rencontre des Aborigènes investis dans ces “restitutions” d’ossements éparpillés par centaines à travers le monde, dans les collections des musées ou de particuliers. John découvre ainsi l’Autre Australie. Un choc des cultures qui le bouleverse et l’oblige à déconstruire préjugés et clichés, et à relire l’histoire de son pays avec d’autres lunettes.

Entendons-nous, John et sa famille ne sont pas racistes. Ils savent vaguement que les colons ont malmené les Aborigènes et qu’ils sont mis à l’écart de la société, mais n’ont pas la moindre idée des souffrances que ce peuple a subies, des discriminations qu’il subit encore. Jusque là, ils ont vécu à côté d’eux sans vraiment les voir, sans s’y intéresser, sans se poser de questions à leur sujet, sans se scandaliser de leur position d’infériorité et sans en avoir mauvaise conscience. John et ses semblables vivent dans un monde parallèle à celui des Aborigènes, dans un entre-soi satisfaisant qui n’éprouve pas le besoin de fréquenter “l’Autre”.

Vu de l’extérieur, c’est surprenant, et intéressant d’observer cette soudaine prise de conscience. John est attendrissant dans sa bonne volonté à vouloir réparer le passé, dans ses gaffes et ses impairs, sa façon de prendre les choses à cœur avec une réelle sincérité et de se croire investi d’une mission de rédemption. La première partie du livre est cocasse et touchante, la scène de restitution du crâne est carrément émouvante, avec le juste équilibre entre lyrisme et sobriété. La suite, avec la déprime de John et le pèlerinage sur la tombe de Mary, est moins convaincante, et l’ensemble a une fâcheuse tendance à accumuler les clichés : tous les Aborigènes sont formidables, John, piqué de mysticisme, se convainc, a posteriori, qu’il “a toujours su” qu’il avait un lien particulier avec Mary et que c’était son destin de remplir cette mission, les journalistes sont des vautours et les psychiatres des agents à la solde des Big Pharma, la transformation du père de John de conservateur rigide en quasi-militant ouvert d’esprit est instantanée, et les cacatoès noirs qu’on croyait éteints dans la région réapparaissent soudain.

C’est bien écrit, agréable à lire et instructif sur les traditions aborigènes, une gentille histoire un peu trop sucrée, pleine de bons sentiments et de bonnes intentions, d’humilité et de générosité.

Présentation par l’éditeur:

John Danalis a grandi avec un crâne aborigène dans son salon. C’est seulement à 40 ans qu’il comprend l’horreur de la situation. Emporté par l’élan de sa prise de conscience, John décide de tout mettre en œuvre pour restituer Mary – puisque c’est ainsi que le crâne a été affectueusement renommé – à son peuple. Pour cela, il va devoir déconstruire ses préjugés d’homme blanc sur la culture aborigène et se plonger dans l’histoire ancienne de l’Australie. Commence alors une quête qui va entrainer des rencontres extraordinaires et une profonde révolution dans la manière dont John et sa famille envisagent la vie et leur rapport aux autres.

Evaluation :

Voir aussi

Les mots pour le dire – De la haine et de l’insulte en démocratie

Auteur: Fabrice Humbert Editeur: Tracts Gallimard – 18 février 2021 (48 pages) Lu en juillet …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :