jeudi , 1 octobre 2020

Les Eltychev

Auteur: Roman Sentchine

Éditeur: Editions Noir sur Blanc – 2013 (258 pages)

Lu en mai 2020

Mon avis: Au début des années 2000, dans un chef-lieu de province russe, les Eltychev mènent leur petite vie. Une vie monotone, sans grand train, luxe ou relief, mais ils s’en tirent à bon compte, avec un toit et du travail, de quoi se chauffer et se nourrir. Ils n’en demandent guère plus, ou alors il aurait fallu faire des choix plus audacieux, mais pour cela il est trop tard. Nikolaï, le père, est officier de police dans un dessoûloir (un commissariat où sont amenés les poivrots raflés dans les rues, pour les faire dégriser et, tant qu’à faire, leur faire les poches ni vu ni connu). Une bonne planque, donc. Valentina, sa femme, travaille à la bibliothèque municipale. Certes, leur fils aîné est en prison et le plus jeune est un fainéant de classe mondiale, mais il ne faudrait pas trop se plaindre.
Et puis un jour cette stabilité vole en éclats, et la vie des Eltychev s’effondre. Une bavure au commissariat, et Nikolaï perd son emploi et leur appartement de fonction. Pour ne pas se retrouver à la rue, la seule solution est d’aller s’installer à une cinquantaine de kilomètres de la ville, au village natal de Valentina, dans la misérable isba de sa vieille tante. C’est le début d’une longue et lente chute, d’un hiver à l’autre, dans une région sinistrée par le chômage et la pauvreté, ravagée par l’alcool. Les bonnes intentions (trouver du travail, retaper la maison) ne font pas long feu face à la précarité et à la médiocrité ambiantes. Arnaques, coups bas, jalousie, vols, violence, aucune morale, aucune solidarité, aucune amitié, aucune compassion entre les habitants, dont l’alcoolisme semble le seul point commun. Les Eltychev n’échappent pas à ce processus de déshumanisation implacable. L’alcool aidant, le moindre sursaut de volonté se transforme en inertie et en fatalisme, face au vide et à l’ennui abyssaux qui écrasent tout espoir.
“Roman de la province russe” post-soviétique, “Les Eltychev” raconte la glissade d’une vie ordinaire assez médiocre vers une vie misérable et ignoble. Un roman peu réjouissant, donc, à ne pas lire si on n’a pas trop le moral. C’est d’autant plus effarant qu’il est très réaliste, et décrit parfaitement la dégringolade morale des personnages, qui peu à peu finissent par accepter des choses qui leur étaient pourtant inacceptables auparavant, et par perdre tout respect pour eux-mêmes. Le style est limpide, entre réflexions, descriptions et dialogues, les chapitres sont courts et alternent les points de vue des personnages. Un très bon roman sur la Russie d’aujourd’hui, et je remercie chaleureusement Bookycooky de me l’avoir envoyé :-).

Présentation par l’éditeur:

“Si la vue de la terre noire et nue, des arbres pareils à des squelettes, n’avait rien de réjouissant, ils se sentirent encore plus mal à l’arrivée de la neige.”

Les Eltychev, roman de la province russe, raconte la déchéance et la chute d’une famille ordinaire. Il est vrai qu’ils ne tombent pas de très haut… Le père, Nikolaï, est policier dans le chef-lieu de la province ; sa femme, Valentina, a péniblement réussi à s’extraire de son hameau perdu. Un de leurs fils est en prison, l’autre n’est qu’un bon à rien. À la suite d’une bavure, Nikolaï est radié de la police et doit rendre son appartement de fonction. La famille décide de partir s’installer dans le village où a grandi Valentina, à cinquante kilomètres de la ville. Dans une atmosphère minée par l’alcool, la pauvreté et l’absence de travail, les Eltychev passent l’hiver comme engourdis. Le printemps leur apportera quelques bribes d’espoir, vite envolées.

Evaluation :

Voir aussi

Une farouche liberté

Auteur: Gisèle Halimi avec Annick Cojean Éditeur: Grasset – 19 août 2020 (90 pages) Lu …

%d blogueurs aiment cette page :