samedi , 15 juin 2024

Strange

Auteure: Geneviève Damas

Editeur: Grasset – 23 août 2023 (180 pages)

Lu en août 2023

Mon avis: A travers une longue lettre, Nora, la vingtaine, se raconte à son père.
Parce qu’elle n’ose pas lui dire ces choses de vive voix.
Parce qu’il pourrait ne pas comprendre, ne pas même la reconnaître, puisque Nora est la nouvelle identité de Raphaël. Ou plutôt sa vraie identité : Nora/Raphaël, née dans un corps masculin, s’est toujours sentie différente, mal dans sa peau, sans jamais avoir osé le montrer ou en parler.
Orphelin très jeune de mère, Raphaël a grandi seul avec son père à Arlon, l’un des bouts de la Belgique. Enfant solitaire, il est la tête de turc dans la cour de récréation. Jusqu’au jour où il se découvre un don pour le chant.
A 18 ans, il quitte son père et Arlon pour entrer au Conservatoire à Bruxelles, la grande ville, et y travailler sa voix de ténor.
Mais au plus profond de lui, Raphaël sait que ce n’est pas sa voix/voie, et entame sa transition de genre, qu’il/elle compte bien révéler à son père, un jour.

J’ai choisi ce livre parce que, de Geneviève Damas, j’avais adoré « Si tu passes la rivière ».
Quelle déception ici. Et ce qui me laisse perplexe, c’est que je n’arrive pas bien à expliquer pourquoi. Pourtant le ton est sobre, pudique, sans pathos excessif, l’histoire a tout pour être bouleversante et intéressante, mais je suis passée à côté, je n’ai pas été touchée, je n’y ai pas cru. La chronologie m’a semblé floue, la relation avec Anna trop peu développée. Je crois que 180 pages pour un roman d’apprentissage et de construction de soi (ou plutôt de dé- et de re-construction de soi), c’est trop peu, trop rapide, trop ramassé, d’où mon impression que le texte reste à la surface de son histoire.

En partenariat avec les Editions Grasset via Netgalley.

#Strange #LisezVousLeBelge #NetGalleyFrance

Présentation par l’éditeur:

Il y a des choses que l’on écrit parce qu’on n’a pas pu les dire. Nora envoie une longue lettre à son père, qui vit dans une autre ville. Cette ville, elle l’a quittée pour apprendre le chant à Bruxelles. Mais aussi pour autre chose. « Ma vie n’est pas exactement comme je te l’ai racontée. »
L’enfant que connaît ce père était un « il ». Il se prénommait Raphaël. Tout ce que le père ignore, le voici, depuis l’enfance, la mort de la mère. Les déguisements que portait le petit garçon. Les princesses qu’il dessinait. Les brutalités subies dans la cour du collège. Les mensonges. La douleur. Et puis, un jour, une lumière : le chant. Et le départ. Et ce que Nora est devenue, sa nouvelle vie. Voici un sens inédit ajouté au « Je est un autre » de Rimbaud.
Loin d’être une lettre d’amertume, de vengeance ou de règlement de comptes, la lettre de Nora est une lettre d’amour. Lettre d’amour à un père, dans l’espoir qu’il comprendra. Lettre pour s’aimer soi-même, aussi, enfin.
Un roman bouleversant, et d’autant plus qu’il évite les excès de la plainte comme de la caricature, sur l’identité, mais aussi sur le passage à l’âge adulte, le perfectionnement d’un art, le renouement avec l’acte d’aimer.

Evaluation :

Voir aussi

En bas dans la vallée

Auteur: Paolo Cognetti Editeur: Stock – 2 mai 2024 (256 pages) Lu en mai 2024 …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.