mercredi , 23 janvier 2019
Accueil / Etoiles / 4 étoiles / Télex de Cuba

Télex de Cuba

Auteur: Rachel Kushner

Editeur: Points – 2013 (477 pages)

Lu en 2014

télex de cubaMon avis: Cuba, 1958. La fin d’une époque, l’avènement d’une nouvelle ère, révolutionnaire. Presque 60 ans après, le pays ne s’en est pas encore remis.

Mais revenons aux années 50. L’époque pour laquelle sonne le glas, c’est celle de la « colonisation » de l’île par les gigantesques compagnies américaines, venues exploiter sans vergogne les ressources naturelles locales, nickel et canne à sucre en tête. Ca ressemble furieusement à de l’esclavagisme, entre Yankees qui font trimer les Cubains qui eux-mêmes tuent à la tâche (au propre et au figuré) Haïtiens et Jamaïcains.
Mais cet « âge d’or » n’aura qu’un temps, car la révolte couve dans les bidonvilles ouvriers et les montagnes de l’arrière-pays. Le jeune Fidel Castro, son frère Raul et leurs partisans ont pris le maquis. Révolutionnaires idéalistes, ils mènent une guérilla visant à la fois les intérêts américains et le gouvernement cubain en place.
Au fil des presque 500 pages de son roman, Rachel Kushner nous raconte 7 années de l’histoire cubaine, de 1952 à la chute du président Batista en 1959, chassé du pouvoir par les frères Castro.
Entre l’arrivée en 1952 de la famille Lederer, attirée comme tant d’autres par cet Eldorado caribéen, et l’évacuation chaotique des expatriés américains 7 ans plus tard, ce roman choral adopte tour à tour le point de vue des différents protagonistes : privilégiés américains, rebelles romantiques, trafiquants d’armes ou belles danseuses espionnes. L’auteur ne prend le parti de personne et égratigne tout le monde. Des riches amerloques racistes à qui tout est dû, flanqués de leurs épouses oisives ou dépressives quand elles ne sont pas alcooliques (cela m’a évoqué Une histoire birmane d’Orwell), aux “fiers” guérilleros de la Sierra Maestra préparant la révolution en jouant aux cartes et vomissant leurs tripes à la vue du sang humain, en passant par les politiciens corrompus et incompétents et les mercenaires se vendant au plus offrant.
On en retient que, au milieu de ce panier de crabes, les intentions les plus pures (à l’époque !) sont néanmoins à mettre au crédit de Fidel et de ses compagnons. Tous les autres ne sont mus que par l’appât du gain, au mépris de toute morale.
Les personnages les plus attachants sont les adolescents, qui observent les comportements parfois étranges des adultes. Plus lucides que leurs aînés, ils n’en pensent pas moins, sagement se taisent, puis finissent par agir selon leur coeur, quitte à trahir leur caste d’expatriés nantis.
Ce premier roman est admirablement maîtrisé dans sa construction. Petites histoires, grande Histoire, humour, ironie, séduction, nostalgie, destins croisés, style et belle écriture, tout est là pour faire de ce récit une saga romanesque remarquable.
J’attends avec impatience le prochain télex de Rachel  Kushner !

Présentation par l’éditeur:

En cette fin des années 1950, pour les Sites, riche famille américaine qui règne sur une immense plantation, Cuba ressemble au paradis ! Aveugles à la misère, ils s’enrichissent sans scrupules. Quand les frères Castro lancent la guérilla et que leur plantation est incendiée, ils ont une certitude : le monde ancien s’écroule et l’heure des choix est arrivée.

Evaluation :

Voir aussi

La transparence du temps

Auteur: Leonardo Padura Editeur: Métailié – 10 janvier 2019 (448 pages) Lu en décembre 2018 …

%d blogueurs aiment cette page :