mardi , 25 juin 2019
Accueil / Etoiles / 4 étoiles / Luz ou le temps sauvage

Luz ou le temps sauvage

Auteur: Elsa Osorio

Editeur: Métailié – 2002 (353 pages)

Lu en août 2015

LuzMon avis: Luz, lumière. Comment parler de lumière à propos de ces temps sauvages qu’a connus l’Argentine entre 1976 et 1983, entre le coup d’Etat militaire et les premières élections démocratiques ?
Luz, lumière, et par extension, vérité. Comment éclairer ces années d’oppression et de silence, comment ramener à la lumière l’histoire de ces « desaparecidos » (disparus), et de ces 500 (chiffre estimé) enfants volés par la dictature ? Comment, dans ces conditions, découvrir la vérité sur ses propres origines, à supposer qu’on ait des doutes sur celles-ci ?
Dans ce roman, on connaît la fin dès le début, on reconstitue l’histoire en même temps qu’une jeune femme argentine de 20 ans la raconte, en 1996, à Madrid, à celui qui est peut-être son père. On saura ce qu’il en coûte, de douleur et de déchirements, de chercher la vérité.
Lili est née en cette année de plomb 1976, en captivité. Sa mère, prisonnière politique, sera assassinée quelques jours plus tard. Au même moment, Mariana met au monde un garçon mort-né, et sombre dans le coma, dont elle se réveillera deux semaines plus tard. Mariana, contrairement à la mère de Lili, a la chance (à cette époque) d’être la fille d’un haut dignitaire de la junte militaire, qui ferait tout pour sa fille adorée, et qui s’approprie Lili en toute impunité pour la fourrer dans les bras de son beau-fils Eduardo. Celui-ci, accablé et sous le choc, est incapable de s’opposer à la volonté de fer de son beau-père, et déclare Lili comme sa fille biologique.
Lili qui s’appellera désormais Luz. C’est tout le paradoxe de cette histoire, puisque c’est au moment où « Luz » fait son apparition que débutent le mensonge et le vol d’une vie, la négation et le vol d’une identité.
Pendant cette période de temps sauvages, il est difficile de s’approcher de la vérité, et il peut être (mortellement) dangereux d’essayer de la faire remonter à la lumière.
Luz grandit dans le milieu aisé, protégé, des familles liées à la dictature, dans l’ignorance totale de la face cachée de la « Répression » et de son lot de victimes torturées, tuées et jetées à la mer sans la moindre forme de procès. A l’adolescence, son tempérament rebelle provoque d’incessants affrontements avec sa « mère », et la pousse à sortir de son cocon douillet. Ses yeux s’ouvrent progressivement à la réalité (pas encore à « sa » réalité), puis elle découvre l’amour. C’est à la naissance de son propre fils que le paradoxe se résout, parce que c’est à ce moment qu’elle pressent (sorte d’instinct maternel inversé) qu’elle est une fille de « desaparecidos ». Elle cherchera – et trouvera – la vérité avec une rage et un acharnement à la hauteur de la spoliation sans nom dont elle est victime.
Ce roman est un hommage implicite aux Grands-Mères de la Place de Mai*, association de grands-mères qui recherchent, encore aujourd’hui, les bébés volés à leurs propres enfants tués pendant la dictature des généraux en Argentine. Intense, il se lit comme un thriller, même si on sait à l’avance comment il se termine. La tension, très forte, la peur et la violence sous-jacentes, et tous les sentiments en général, sont très bien rendus. J’ai apprécié la construction en flash-back du récit, raconté 20 ans après à Carlos, par Luz, qui a reconstitué le fil des événements grâce à ses recherches. On pourrait reprocher le caractère un peu caricatural de certains personnages (mention spéciale à Mariana), et des événements qui s’enchaînent parfois un peu trop facilement, mais l’ensemble est (malheureusement) très réaliste. On n’a aucun mal à croire à cette fiction, sans aucun doute reflet exact de la réalité. Une réalité glaçante, effroyablement dure, révoltante d’injustice. Mais parfois aussi, lors des retrouvailles ou quand il est question d’amour, poignante. Oserais-je dire… lumineuse ?
*http://www.abuelas.org.ar/

Présentation par l’éditeur:

A vingt ans, à la naissance de son enfant, Luz commence à avoir des doutes sur ses origines, elle suit son intuition dans une recherche qui lui révélera l’histoire de son pays, l’Argentine. En 1975, sa mère, détenue politique, a accouché en prison. La petite fille a été donnée à la famille d’un des responsables de la répression. Personne n’a su d’où venait Luz, à l’exception de Myriam, la compagne d’un des tortionnaires, qui s’est liée d’amitié avec la prisonnière et a juré de protéger l’enfant.

Luz mène son enquête depuis sa situation troublante d’enfant que personne n’a jamais recherchée.

Un thriller loin des clichés dans lequel l’amour cherche la vérité.

Evaluation :

Voir aussi

Cobre (cuivre)

Auteur: Michel Claise Editeur: Editions Luce Wilquin – 2017 (256 pages) Lu en mai 2019 …

4 commentaires

  1. Avatar

    Belle critique sur un sujet sans point final…

  2. Avatar

    Bravo pour cette critique !

%d blogueurs aiment cette page :