mercredi , 16 juin 2021

Ma belle-mère russe et autres catastrophes

Auteur: Alexandra Fröhlich

Éditeur: Editions Piranha – 2015 (246 pages)

Lu en mai 2021

Mon avis: Paula Matthes, la petite trentaine, est avocate à Hambourg. Sa vie n’est pas très folichonne : son compagnon de longue date vient de la quitter et, comme ils étaient associés dans le même cabinet, a embarqué avec lui toute la clientèle. Paula s’ennuie donc ferme dans son bureau, sans se douter qu’un ouragan va bientôt mettre sa vie “sens dessus-dessous ou l’inverse”, elle n’en est toujours pas très sûre.
Or donc débarque un beau jour dans son cabinet une famille russe excentrique, la mère, le père et le fils, en délicatesse avec le propriétaire de leur appartement : un violoncelle d’une valeur inestimable a disparu au cours du déménagement, et le coupable ne peut être que ledit propriétaire. Paula, trop heureuse d’avoir enfin une affaire – apparemment facile – à mettre dans son agenda, fonce tête baissée au tribunal sans trop assurer ses arrières. Hélas, son blason d’avocate n’en ressortira pas exactement redoré à la feuille 24 carats. Malgré cette déconvenue, l’histoire ne fait que commencer, puisque Paula, en manque de confiance et d’affection, est tombée malgré elle sous l’irrésistible charme slave du fils de la famille, Artiom.
Elle comprendra très vite que laisser entrer Artiom dans sa vie, c’est aussi y mêler, pour le meilleur et pour le pire, les parents de celui-ci, en particulier Darya, sa désormais future belle-mère. Mais Paula est amoureuse, alors elle compose avec cette famille un brin envahissante. Et le choc des cultures est impressionnant : Paula, qui vient d’une famille bourgeoise bon chic bon genre psychorigide et froide, découvre avec ahurissement ces Russes bons vivants, fantaisistes et extravagants, manipulateurs et sans-gêne. Au départ totalement horripilée par leurs manières, elle doit apprendre, sous peine d’implosion, à lâcher prise et à manipuler en retour avec le plus grand flegme et un brin de fatalisme. L’organisation du mariage, le mariage, la lune de miel en famille, rien ne se passe comme prévu mais tout se termine bien, dans la liesse générale et la chaleur humaine.
Avec sa galerie de personnages hauts en couleurs, voici un roman loufoque, plein d’amour et de crises de nerfs, qui joue volontairement sur les clichés pour provoquer des situations hilarantes. Ça sent le vécu, c’est léger et ça fait du bien.

Présentation par l’éditeur:

Seriez-vous capable de résister à un raz-de-marée, à une avalanche ou à un ouragan ? La situation semble tout aussi désespérée pour Paula lorsque Darya, sa belle-mère russe, entreprend, vêtue d’une combinaison léopard et perchée sur des talons aiguilles, d’enterrer clandestinement son énorme terre-neuve dans un cimetière de Hambourg. Darya est aussi obstinée qu’un char russe et aussi folle qu’un furet enragé, tenter de la raisonner n’est que pure perte de temps. Seules les supplications fonctionnent (et encore, parfois seulement). Si il n’y avait pas le fils de Darya, Artjom, Paula aurait laissé tombé depuis longtemps. Certes, Artjom aime la vodka, les boîtes de nuit et Chopin… mais sa voix lui fait encore et toujours tourner la tête. Un roman hilarant qui se joue des clichés.

Evaluation :

Voir aussi

Vivre avec nos morts

Auteur: Delphine Horvilleur Éditeur: Grasset – 3 mars 2021 (234 pages) Lu en mai 2021 …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :