jeudi , 3 décembre 2020

San Perdido

Auteur: David Zukerman

Éditeur : Calmann-Lévy – 2 janvier 2019 (450 pages)

Lu en septembre 2020

Mon avis: Aïe. Qu’est-ce qui m’arrive ? J’ose pas le dire vu la flopée de critiques élogieuses.
Bon allez : “San Perdido” m’a perdue, j’ai pas aimé, je me suis ennuyée.

D’abord, la quatrième de couverture est réductrice. Il est bien question d’un jeune garçon noir, muet, aux étranges yeux bleus et aux mains surpuissantes, qui surgit de nulle part un matin de chaleur, dans une décharge d’une ville imaginaire au Panama, à la moitié du siècle passé. On nous le présente comme un futur héros, un justicier silencieux volant discrètement au secours de la veuve et de l’orphelin, alors on s’attend à une épopée, une geste héroïque étalée sur les 450 pages qu’on tient en mains.
Las. A la lecture, on s’aperçoit que cette légende se construit de loin en loin, presque à l’insu de ceux qui bénéficient de son aide. Un fil rouge ténu plutôt qu’un sujet principal, plaqué sur des pouvoirs surnaturels et sur une sombre histoire de vengeance remontant à la colonisation espagnole et à la traite des esclaves noirs.
Mais alors de quoi parle “San Perdido” ? De beaucoup (trop) de choses, mais surtout de magouilles et de complots politiques, et des frasques sexuelles du gouverneur local, surnommé comme il se doit “El Toro”. L’histoire donne aussi à observer le gouffre entre les très riches et les très pauvres, l’exploitation des travailleurs, la solidarité des petites gens, la rivalité mortelle des puissants et la prostitution déclinée selon tous les niveaux de pouvoir d’achat, de la luxueuse maison close de “Madame” sur les hauteurs de la ville aux bordels sordides du port.

Portrait d’une ville fictive et d’un pays bien réel qui a tout d’une république bananière, “San Perdido” m’a intéressée pour les repères historiques sur le Panama (colonisation, indépendance et création de toutes pièces d’un Etat pour permettre la construction du canal, conséquences de la présence US). Pour le reste, il y a trop de tout : trop de sexe et d’étalage de chair fraîche, trop de détails, trop de descriptions, de digressions qui égarent, trop d’alcool et de cigarettes (toute la panoplie des marques de l’époque y passe, j’en suis ressortie avec les poumons oppressés), trop de bavardages et trop peu d’action, trop d’adjectifs et d’adverbes, trop de jurons en espagnol dans un texte écrit en français avec des personnages hispanophones (pour moi ce n’est pas cohérent, ni utile pour le côté “couleur locale”). Certes il y a quelques personnages attachants, mais caricaturaux pour la plupart ; les motivations du héros et de son mentor sont au final assez insaisissables : revanche d’un peuple opprimé, Robin des Bois panaméen ? Quant au twist final saupoudré de réalisme magique, il m’a laissée incrédule.
Trop d’ennui, de lourdeur et d’improbabilité, mon indulgence s’est lassée.

Présentation par l’éditeur:

Un matin de printemps, dans la décharge à ciel ouvert de San Perdido, petite ville côtière du Panama aussi  impitoyable que colorée, apparaît un enfant noir  aux yeux bleus. Un orphelin muet qui n’a pour seul talent  apparent qu’une force singulière dans les mains.
Il va pourtant survivre et devenir une légende. Venu de nulle  part, cet enfant mystérieux au regard magnétique endossera  le rôle de justicier silencieux au service des femmes  et des opprimés et deviendra le héros d’une population  jusque-là oubliée de Dieu.
Evaluation :

Voir aussi

Imaqa

Auteur: Flemming Jensen Éditeur: Actes Sud Babel – 2012 (442 pages) Lu en novembre 2020 …

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :